La haute école lierroise a déjà formé des dizaines d'étudiants ces dernières années à l'aide de Noëlle, une autre poupée. Son successeur est un robot commandé par ordinateur qui peut simuler des grossesses, des contractions mais également des accouchements à haut risque de façon plus réaliste. Il est ainsi possible d'accélérer la respiration de la poupée Victoria lors d'une contraction douloureuse, de ressentir son pouls au poignet ou de faire réagir le coeur du foetus comme dans la réalité. Dans le cadre de leur profession, les sages-femmes et les médecins peuvent être confrontés à des situations d'urgence obstétricale exceptionnelles, comme un accouchement avec une ventouse ou par césarienne. Victoria, qui a coûté 150.000 euros, pourra leur permettre de s'exercer à des saignements vaginaux sévères, à un affaissement du cordon ombilical, à des réactions allergiques ou encore à une déficience d'oxygène dans le cerveau. "Pratiquer avec une poupée d'accouchement augmente la confiance en soi des sages-femmes en formation. Elles sont mieux préparées pour les stages et la pratique", constate un des enseignants de la haute école. Outre les étudiants, des sages-femmes déjà en exercice ont également la possibilité de s'essayer à certaines situations. (Belga)

La haute école lierroise a déjà formé des dizaines d'étudiants ces dernières années à l'aide de Noëlle, une autre poupée. Son successeur est un robot commandé par ordinateur qui peut simuler des grossesses, des contractions mais également des accouchements à haut risque de façon plus réaliste. Il est ainsi possible d'accélérer la respiration de la poupée Victoria lors d'une contraction douloureuse, de ressentir son pouls au poignet ou de faire réagir le coeur du foetus comme dans la réalité. Dans le cadre de leur profession, les sages-femmes et les médecins peuvent être confrontés à des situations d'urgence obstétricale exceptionnelles, comme un accouchement avec une ventouse ou par césarienne. Victoria, qui a coûté 150.000 euros, pourra leur permettre de s'exercer à des saignements vaginaux sévères, à un affaissement du cordon ombilical, à des réactions allergiques ou encore à une déficience d'oxygène dans le cerveau. "Pratiquer avec une poupée d'accouchement augmente la confiance en soi des sages-femmes en formation. Elles sont mieux préparées pour les stages et la pratique", constate un des enseignants de la haute école. Outre les étudiants, des sages-femmes déjà en exercice ont également la possibilité de s'essayer à certaines situations. (Belga)