La fraude à l'échelle internationale est menée par des individus s'exprimant en Mandarin et prétendant représenter une autorité chinoise. Les escrocs tentent de convaincre leurs victimes qu'elles s'exposent à des poursuites pénales en Chine, et à une arrestation ou la déportation. Il est alors exigé des victimes de transférer de l'argent sur des comptes étrangers ou de simuler un faux enlèvement, avec photos "à l'appui", pour leur famille en Chine à qui une rançons est exigée en échange d'une "libération". Selon la police, il n'est pourtant en aucun cas question de menace physique Le père chinois d'une des victimes, une étudiante de 22 ans installée à Sydney qui prétendait être ligotée, a versé de la sorte 2 millions de dollars aux malfaiteurs, soit 1,6 million d'euros. "Bien que ces appels téléphoniques semblent aléatoires, ces escrocs semblent viser des membres vulnérables de la communauté sino-australienne", a indiqué Darren Bennett, détective en chef au sein de la police de Nouvelle-Galles du Sud. Selon les estimations de la police, pas moins de 3,2 millions de dollars australiens, soit près de 2 millions d'euros, ont été extorqués de la sorte cette année. (Belga)

La fraude à l'échelle internationale est menée par des individus s'exprimant en Mandarin et prétendant représenter une autorité chinoise. Les escrocs tentent de convaincre leurs victimes qu'elles s'exposent à des poursuites pénales en Chine, et à une arrestation ou la déportation. Il est alors exigé des victimes de transférer de l'argent sur des comptes étrangers ou de simuler un faux enlèvement, avec photos "à l'appui", pour leur famille en Chine à qui une rançons est exigée en échange d'une "libération". Selon la police, il n'est pourtant en aucun cas question de menace physique Le père chinois d'une des victimes, une étudiante de 22 ans installée à Sydney qui prétendait être ligotée, a versé de la sorte 2 millions de dollars aux malfaiteurs, soit 1,6 million d'euros. "Bien que ces appels téléphoniques semblent aléatoires, ces escrocs semblent viser des membres vulnérables de la communauté sino-australienne", a indiqué Darren Bennett, détective en chef au sein de la police de Nouvelle-Galles du Sud. Selon les estimations de la police, pas moins de 3,2 millions de dollars australiens, soit près de 2 millions d'euros, ont été extorqués de la sorte cette année. (Belga)