L'artiste aborde ici les problèmes susceptibles d'entourer l'adoption transnationale et transraciale eu égard au fait que de nombreuses adoptions illégales en Corée du Sud ont été signalées pendant des années en Belgique et aux Pays-Bas. Ces enfants auraient été enlevés ou "achetés" à leurs parents biologiques avant de se retrouver, munis de faux-papiers, dans des familles adoptives en Europe. L'artiste néerlandaise et coréenne, qui vit à Bruxelles, examine dans son document le cadre systémique et les conséquences dramatiques de cette pratique et retrace les relations historiques entre les Pays-Bas et la Corée en tissant sa propre histoire au fil de ses expériences et celles d'autres enfants adoptés. Après la Guerre de Corée, l'"industrie de l'adoption interraciale", très lucrative, continuera à s'appuyer sur un imaginaire colonial séculaire. Après la suspension récente des adoptions transnationales aux Pays-Bas à la suite d'un rapport accablant, on attend à présent une mesure comparable en Belgique, un groupe d'experts flamands ayant soumis des recommandations en ce sens au ministre flamand du Bien-Être, Wouter Beke. Aucune décision définitive n'a toutefois été prise. On estime qu'il y a quelque 3.600 enfants adoptés d'origine coréenne en Belgique et 700 au Grand-Duché de Luxembourg. Cette année, la Belgique célèbre 120 ans de relations diplomatiques avec la Corée du Sud avec qui les liens politiques, culturels et économiques sont qualifiés de "forts". (Belga)

L'artiste aborde ici les problèmes susceptibles d'entourer l'adoption transnationale et transraciale eu égard au fait que de nombreuses adoptions illégales en Corée du Sud ont été signalées pendant des années en Belgique et aux Pays-Bas. Ces enfants auraient été enlevés ou "achetés" à leurs parents biologiques avant de se retrouver, munis de faux-papiers, dans des familles adoptives en Europe. L'artiste néerlandaise et coréenne, qui vit à Bruxelles, examine dans son document le cadre systémique et les conséquences dramatiques de cette pratique et retrace les relations historiques entre les Pays-Bas et la Corée en tissant sa propre histoire au fil de ses expériences et celles d'autres enfants adoptés. Après la Guerre de Corée, l'"industrie de l'adoption interraciale", très lucrative, continuera à s'appuyer sur un imaginaire colonial séculaire. Après la suspension récente des adoptions transnationales aux Pays-Bas à la suite d'un rapport accablant, on attend à présent une mesure comparable en Belgique, un groupe d'experts flamands ayant soumis des recommandations en ce sens au ministre flamand du Bien-Être, Wouter Beke. Aucune décision définitive n'a toutefois été prise. On estime qu'il y a quelque 3.600 enfants adoptés d'origine coréenne en Belgique et 700 au Grand-Duché de Luxembourg. Cette année, la Belgique célèbre 120 ans de relations diplomatiques avec la Corée du Sud avec qui les liens politiques, culturels et économiques sont qualifiés de "forts". (Belga)