"Le Roi et la Reine s'intéressent depuis longtemps à l'enseignement. Cette table ronde était planifiée de longue date, il ne s'agit pas d'une réunion d'urgence. Elle consiste à tenir le Roi informé de ce qui se passe dans l'enseignement", explique le directeur de la communication du Palais, Pierre-Emmanuel De Bauw. A Bruxelles, les défis que rencontre l'enseignement sont nombreux. Outre la croissance démographique et le manque de places dans les écoles, la diversité et l'intégration des primo-arrivants, le harcèlement à l'école, la gestion de la situation après les attentats ou encore le retard linguistique des élèves sont autant de problématiques qui appellent à des solutions. "A travers leurs contacts, le Roi et la Reine peuvent faciliter les rencontres et les échanges entre les acteurs de terrain", poursuit M. De Bauw, selon qui il ne s'agit pas de la première réunion de travail avec le secteur. "Des tables rondes ont déjà été organisées, notamment, entre des écoles de l'enseignement technique et des entreprises afin d'améliorer l'emploi des jeunes", conclut-il. (Belga)

"Le Roi et la Reine s'intéressent depuis longtemps à l'enseignement. Cette table ronde était planifiée de longue date, il ne s'agit pas d'une réunion d'urgence. Elle consiste à tenir le Roi informé de ce qui se passe dans l'enseignement", explique le directeur de la communication du Palais, Pierre-Emmanuel De Bauw. A Bruxelles, les défis que rencontre l'enseignement sont nombreux. Outre la croissance démographique et le manque de places dans les écoles, la diversité et l'intégration des primo-arrivants, le harcèlement à l'école, la gestion de la situation après les attentats ou encore le retard linguistique des élèves sont autant de problématiques qui appellent à des solutions. "A travers leurs contacts, le Roi et la Reine peuvent faciliter les rencontres et les échanges entre les acteurs de terrain", poursuit M. De Bauw, selon qui il ne s'agit pas de la première réunion de travail avec le secteur. "Des tables rondes ont déjà été organisées, notamment, entre des écoles de l'enseignement technique et des entreprises afin d'améliorer l'emploi des jeunes", conclut-il. (Belga)