La vitesse des automobilistes est contrôlée à l'aide d'un speed gun. Des smileys verts, représentant un visage heureux, ou rouges, fâchés, sont montrés aux conducteurs en fonction de celle-ci. Quelque cyclistes de course tournent sur la piste cyclable à côté des automobilistes. Une personne déguisée en panneau de signalisation de vitesse indiquant 30km/h et portant un encart "respect" est postée en bout de rue.

Bernard Dehaye, président du Gracq, constate que "la plupart des automobilistes ne respectent pas la vitesse. Ils sont souvent entre 40 et 50 km/heure. C'est important de rappeler que les piétons et cyclistes n'ont pas de carrosserie. Le 50 km/h donne l'impression de ne pas rouler vite sur un large boulevard, mais les distances de freinage sont plus longues qu'à 30 km/heure". Les associations cyclistes relèvent que le risque de décès pour un piéton est de 2% pour un impact à 30 km/h, de 8% pour 50 km/h, et de 50% pour 75 km/h. Elles demandent à pouvoir jouir du sentiment de sécurité accru par la limitation à 30 km/h dans le centre historique et les zones résidentielles.

Les associations avancent que c'est en agglomération, où les piétons et les cyclistes sont nombreux, que le sentiment de danger lié à la vitesse est le plus ressenti.

La vitesse des automobilistes est contrôlée à l'aide d'un speed gun. Des smileys verts, représentant un visage heureux, ou rouges, fâchés, sont montrés aux conducteurs en fonction de celle-ci. Quelque cyclistes de course tournent sur la piste cyclable à côté des automobilistes. Une personne déguisée en panneau de signalisation de vitesse indiquant 30km/h et portant un encart "respect" est postée en bout de rue. Bernard Dehaye, président du Gracq, constate que "la plupart des automobilistes ne respectent pas la vitesse. Ils sont souvent entre 40 et 50 km/heure. C'est important de rappeler que les piétons et cyclistes n'ont pas de carrosserie. Le 50 km/h donne l'impression de ne pas rouler vite sur un large boulevard, mais les distances de freinage sont plus longues qu'à 30 km/heure". Les associations cyclistes relèvent que le risque de décès pour un piéton est de 2% pour un impact à 30 km/h, de 8% pour 50 km/h, et de 50% pour 75 km/h. Elles demandent à pouvoir jouir du sentiment de sécurité accru par la limitation à 30 km/h dans le centre historique et les zones résidentielles. Les associations avancent que c'est en agglomération, où les piétons et les cyclistes sont nombreux, que le sentiment de danger lié à la vitesse est le plus ressenti.