Cette instance indépendante se penche sur l'impact des mesures politiques. Durant le mois de novembre, un seul des sept réacteurs nucléaires du pays sera opérationnel. "La possibilité qu'un certain nombre de communes ou de zones soient temporairement privées d'électricité a augmenté", a précisé Danielle Devogelaer, experte du Bureau du plan dans les questions d'énergie et de transport, et en particulier de l'électricité, à la VRT. "C'est une option dont nous allons devoir sérieusement tenir compte en novembre, parce que parce que l'offre d'électricité ne sera pas toujours suffisante pour rencontrer la totalité de la demande", a-t-elle ajouté. Selon l'experte, il ne faut même pas avoir un mois de novembre exceptionnellement froid pour rencontrer des problèmes. L'exemple du mois de novembre 2017 donne à réfléchir. "En novembre de l'an dernier, qui fut ne fut pas un mois très humide ou très froid, nous avons déjà eu une consommation de 13 gigawatts. Lorsque nous voyons qu'en novembre de cette année de nombreux réacteurs nucléaires seront à l'arrêt, nous aurons vraiment beaucoup de mal à couvrir cela. Il est possible que nous nous devions vraiment procéder à des mesures d'économie sur notre consommation d'électricité, certainement en soirée", a insisté Danielle Devogelaer. (Belga)

Cette instance indépendante se penche sur l'impact des mesures politiques. Durant le mois de novembre, un seul des sept réacteurs nucléaires du pays sera opérationnel. "La possibilité qu'un certain nombre de communes ou de zones soient temporairement privées d'électricité a augmenté", a précisé Danielle Devogelaer, experte du Bureau du plan dans les questions d'énergie et de transport, et en particulier de l'électricité, à la VRT. "C'est une option dont nous allons devoir sérieusement tenir compte en novembre, parce que parce que l'offre d'électricité ne sera pas toujours suffisante pour rencontrer la totalité de la demande", a-t-elle ajouté. Selon l'experte, il ne faut même pas avoir un mois de novembre exceptionnellement froid pour rencontrer des problèmes. L'exemple du mois de novembre 2017 donne à réfléchir. "En novembre de l'an dernier, qui fut ne fut pas un mois très humide ou très froid, nous avons déjà eu une consommation de 13 gigawatts. Lorsque nous voyons qu'en novembre de cette année de nombreux réacteurs nucléaires seront à l'arrêt, nous aurons vraiment beaucoup de mal à couvrir cela. Il est possible que nous nous devions vraiment procéder à des mesures d'économie sur notre consommation d'électricité, certainement en soirée", a insisté Danielle Devogelaer. (Belga)