Actuellement, il y a quatre centres de tests opérationnels dans des hôpitaux, alors que "13 l'étaient il y a quelques semaines encore et ont été fermés faute de public", communique le cabinet du ministre. Il y a aussi tous les centres et labos privés et communautaires qui effectuent des dépistages, au nombre de 13. La capacité totale, par jour, tourne autour de 2.000 tests, ajoute le cabinet. Jusqu'à aujourd'hui, cette capacité était suffisante pour tester toutes les personnes présentant des symptômes, celles revenant de zones à risque, ainsi que les habitants contactés par les agents du "contact tracing" et présentant un risque d'avoir été contaminé. Mais il devient nécessaire de revoir les disponibilités des centres à la hausse, constate la Région. La demande est là, mais d'autre part certains centres privés de prélèvement ont réduit leurs horaires d'ouverture ou n'opèrent que sur réservation. Les services régionaux de la Cocom ont donc "pris contact avec les centres de prélèvements privés pour que ceux-ci améliorent leurs horaires et se rendent plus accessibles encore en public", communique lundi soir le ministre. Pour ce qui est des hôpitaux, il y aura mardi matin une réunion entre le cabinet Maron, la Cocom, les représentants des fédérations hospitalières et les fédérations de médecins généralistes, pour opérationnaliser une augmentation de la capacité de testing. Le principe semble acquis, il reste à organiser cette hausse. Selon le ministre Alain Maron, l'hôpital Saint-Luc a déjà décidé de rouvrir un centre de dépistage. (Belga)

Actuellement, il y a quatre centres de tests opérationnels dans des hôpitaux, alors que "13 l'étaient il y a quelques semaines encore et ont été fermés faute de public", communique le cabinet du ministre. Il y a aussi tous les centres et labos privés et communautaires qui effectuent des dépistages, au nombre de 13. La capacité totale, par jour, tourne autour de 2.000 tests, ajoute le cabinet. Jusqu'à aujourd'hui, cette capacité était suffisante pour tester toutes les personnes présentant des symptômes, celles revenant de zones à risque, ainsi que les habitants contactés par les agents du "contact tracing" et présentant un risque d'avoir été contaminé. Mais il devient nécessaire de revoir les disponibilités des centres à la hausse, constate la Région. La demande est là, mais d'autre part certains centres privés de prélèvement ont réduit leurs horaires d'ouverture ou n'opèrent que sur réservation. Les services régionaux de la Cocom ont donc "pris contact avec les centres de prélèvements privés pour que ceux-ci améliorent leurs horaires et se rendent plus accessibles encore en public", communique lundi soir le ministre. Pour ce qui est des hôpitaux, il y aura mardi matin une réunion entre le cabinet Maron, la Cocom, les représentants des fédérations hospitalières et les fédérations de médecins généralistes, pour opérationnaliser une augmentation de la capacité de testing. Le principe semble acquis, il reste à organiser cette hausse. Selon le ministre Alain Maron, l'hôpital Saint-Luc a déjà décidé de rouvrir un centre de dépistage. (Belga)