"Au moins 13 personnes ont été affectées par cette maladie (la poliomyélite) dans neuf des 18 États du Soudan depuis l'apparition du premier cas le 9 août", indique un communiqué du Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l'Onu (Ocha) au Soudan parvenu vendredi. En outre, le poliovirus sauvage de type 2 a été détecté dans des prélèvements relevés dans l'État de Khartoum, "ce qui indique l'éventualité d'une large circulation du virus dans le pays", précise l'Ocha. Des cas ont été rapportés aussi en Éthiopie, en République centrafricaine et au Tchad, "ce qui accroit les risques (de propagation) au Soudan, notamment au Darfour en raison des mouvements de population", précise l'Ocha. Selon l'organisation onusienne, le ministère soudanais de la Santé, avec l'appui de l'Unicef, de l'OMS et du Programme alimentaire mondial (PAM), prépare une vaste campagne de vaccinations pour 5 millions d'enfants de moins de 5 ans. L'Onu a besoin de 20 millions de dollars pour financer cette campagne. Mardi, Rose Leke, la présidente de la Commission de certification pour la région Afrique (ARCC) - organisme de certification de l'OMS - avait affirmé que "la transmission du poliovirus sauvage avait été interrompue" en Afrique. "C'est un moment historique pour l'Afrique", avait déclaré la directrice Afrique de l'OMS, Matshidiso Moeti. "À partir de maintenant, les enfants qui naîtront sur ce continent n'auront pas à craindre d'être infectés par la polio". Provoquée par le "poliovirus sauvage" (PVS), la poliomyélite est une maladie infectieuse aiguë et contagieuse qui touche principalement les enfants, attaquant la moelle épinière et pouvant provoquer une paralysie irréversible. (Belga)

"Au moins 13 personnes ont été affectées par cette maladie (la poliomyélite) dans neuf des 18 États du Soudan depuis l'apparition du premier cas le 9 août", indique un communiqué du Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l'Onu (Ocha) au Soudan parvenu vendredi. En outre, le poliovirus sauvage de type 2 a été détecté dans des prélèvements relevés dans l'État de Khartoum, "ce qui indique l'éventualité d'une large circulation du virus dans le pays", précise l'Ocha. Des cas ont été rapportés aussi en Éthiopie, en République centrafricaine et au Tchad, "ce qui accroit les risques (de propagation) au Soudan, notamment au Darfour en raison des mouvements de population", précise l'Ocha. Selon l'organisation onusienne, le ministère soudanais de la Santé, avec l'appui de l'Unicef, de l'OMS et du Programme alimentaire mondial (PAM), prépare une vaste campagne de vaccinations pour 5 millions d'enfants de moins de 5 ans. L'Onu a besoin de 20 millions de dollars pour financer cette campagne. Mardi, Rose Leke, la présidente de la Commission de certification pour la région Afrique (ARCC) - organisme de certification de l'OMS - avait affirmé que "la transmission du poliovirus sauvage avait été interrompue" en Afrique. "C'est un moment historique pour l'Afrique", avait déclaré la directrice Afrique de l'OMS, Matshidiso Moeti. "À partir de maintenant, les enfants qui naîtront sur ce continent n'auront pas à craindre d'être infectés par la polio". Provoquée par le "poliovirus sauvage" (PVS), la poliomyélite est une maladie infectieuse aiguë et contagieuse qui touche principalement les enfants, attaquant la moelle épinière et pouvant provoquer une paralysie irréversible. (Belga)