La Commission poursuivra ses travaux mercredi soir, la majorité institutionnelle, espérant conclure la séance par un vote. La loi de financement ayant été votée en Commission, il n'y aurait plus alors qu'à voter les derniers textes en séance plénière des deux assemblées durant la dernière semaine avant le congé de fin d'année.

Mercredi, le président des FDF Olivier Maingain, dont le parti n'est pas représenté au Sénat, a critiqué le projet d'autonomie constitutive pour Bruxelles, largement limitée, selon lui, pour la Région-Capitale qui risque dès lors de se retrouver bloquée pour gérer son fonctionnement. L'autonomie constitutive de Bruxelles ne pourra pas concerner les garanties offertes aux "communautés linguistiques flamandes et francophones", a rappelé le secrétaire d'Etat Servais Verherstraten. Il s'agit lus particulièrement d'assurer la protection de la minorité flamande. Mais pour M. Maingain, les exceptions vont bien plus loin que cela, elles visent notamment les règles de délibération au sein du gouvernement bruxellois. En revanche, a-t-il également regretté, il y sera permis d'augmenter le nombre de ministres et secrétaires d'Etat, ce qui est un "mauvais signal".

La Commission poursuivra ses travaux mercredi soir, la majorité institutionnelle, espérant conclure la séance par un vote. La loi de financement ayant été votée en Commission, il n'y aurait plus alors qu'à voter les derniers textes en séance plénière des deux assemblées durant la dernière semaine avant le congé de fin d'année. Mercredi, le président des FDF Olivier Maingain, dont le parti n'est pas représenté au Sénat, a critiqué le projet d'autonomie constitutive pour Bruxelles, largement limitée, selon lui, pour la Région-Capitale qui risque dès lors de se retrouver bloquée pour gérer son fonctionnement. L'autonomie constitutive de Bruxelles ne pourra pas concerner les garanties offertes aux "communautés linguistiques flamandes et francophones", a rappelé le secrétaire d'Etat Servais Verherstraten. Il s'agit lus particulièrement d'assurer la protection de la minorité flamande. Mais pour M. Maingain, les exceptions vont bien plus loin que cela, elles visent notamment les règles de délibération au sein du gouvernement bruxellois. En revanche, a-t-il également regretté, il y sera permis d'augmenter le nombre de ministres et secrétaires d'Etat, ce qui est un "mauvais signal".