Mme Haley est la représentante à l'ONU de l'administration du président Donald Trump, lequel avait vilipendé en décembre son prédécesseur Barack Obama pour n'avoir pas opposé son veto à la résolution 2334 du Conseil de sécurité dénonçant la colonisation israélienne dans les Territoires palestiniens. Pour la première fois depuis 1979, les Etats-Unis s'étaient abstenus et avaient laissé passer un texte à l'ONU, en raison de leur frustration à l'égard de leur allié israélien sur l'échec du processus de paix. Pour Nikki Haley, cette résolution onusienne votée juste avant Noël sous l'administration sortante de Barack Obama a été "un coup de pied dans le ventre ressenti" aux Etats-Unis. "Tout ce que je peux vous dire, c'est que tout le monde aux Nations unies a peur de me parler de la résolution 2334", a affirmé l'ambassadrice. "Et je veux qu'ils sachent que, certes, c'est arrivé, mais que cela n'arrivera plus", a-t-elle promis, avant de lancer: "L'époque où l'on dénigrait Israël, c'est terminé". (Belga)

Mme Haley est la représentante à l'ONU de l'administration du président Donald Trump, lequel avait vilipendé en décembre son prédécesseur Barack Obama pour n'avoir pas opposé son veto à la résolution 2334 du Conseil de sécurité dénonçant la colonisation israélienne dans les Territoires palestiniens. Pour la première fois depuis 1979, les Etats-Unis s'étaient abstenus et avaient laissé passer un texte à l'ONU, en raison de leur frustration à l'égard de leur allié israélien sur l'échec du processus de paix. Pour Nikki Haley, cette résolution onusienne votée juste avant Noël sous l'administration sortante de Barack Obama a été "un coup de pied dans le ventre ressenti" aux Etats-Unis. "Tout ce que je peux vous dire, c'est que tout le monde aux Nations unies a peur de me parler de la résolution 2334", a affirmé l'ambassadrice. "Et je veux qu'ils sachent que, certes, c'est arrivé, mais que cela n'arrivera plus", a-t-elle promis, avant de lancer: "L'époque où l'on dénigrait Israël, c'est terminé". (Belga)