Selon la Maison Blanche, MM. Trump et Macron se sont "mis d'accord sur la nécessité de travailler avec les alliés pour contrer les activités déstabilisatrices du Hezbollah et de l'Iran dans la région". Auparavant, la présidence française avait indiqué que M. Macron avait tour à tour discuté au téléphone avec les présidents libanais Michel Aoun, américain Donald Trump et égyptien Abdel Fatah al-Sissi, puis avec le prince héritier d'Arabie Saoudite, Mohamed ben Salmane, et avec le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres. Il a évoqué avec eux "la situation au Moyen-Orient, les intérêts et les moyens de stabiliser la région et de construire la paix", a précisé l'Elysée, sans donner de détails sur les résultats de ces discussions. M. Macron "poursuivra ces échanges avec d'autres dirigeants internationaux dans les prochains jours", a ajouté la présidence. M. Macron cherche à trouver une issue à la crise libanaise ouverte par la démission surprise annoncée par M. Hariri le 4 novembre alors qu'il se trouvait en Arabie Saoudite. Le Premier ministre libanais est arrivé en France samedi matin et a annoncé son retour au Liban d'ici à mercredi. L'annonce de sa démission choc avait très rapidement été perçue comme un nouveau bras de fer entre l'Arabie saoudite sunnite, important soutien de M. Hariri, et l'Iran chiite, grand allié du Hezbollah libanais. (Belga)

Selon la Maison Blanche, MM. Trump et Macron se sont "mis d'accord sur la nécessité de travailler avec les alliés pour contrer les activités déstabilisatrices du Hezbollah et de l'Iran dans la région". Auparavant, la présidence française avait indiqué que M. Macron avait tour à tour discuté au téléphone avec les présidents libanais Michel Aoun, américain Donald Trump et égyptien Abdel Fatah al-Sissi, puis avec le prince héritier d'Arabie Saoudite, Mohamed ben Salmane, et avec le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres. Il a évoqué avec eux "la situation au Moyen-Orient, les intérêts et les moyens de stabiliser la région et de construire la paix", a précisé l'Elysée, sans donner de détails sur les résultats de ces discussions. M. Macron "poursuivra ces échanges avec d'autres dirigeants internationaux dans les prochains jours", a ajouté la présidence. M. Macron cherche à trouver une issue à la crise libanaise ouverte par la démission surprise annoncée par M. Hariri le 4 novembre alors qu'il se trouvait en Arabie Saoudite. Le Premier ministre libanais est arrivé en France samedi matin et a annoncé son retour au Liban d'ici à mercredi. L'annonce de sa démission choc avait très rapidement été perçue comme un nouveau bras de fer entre l'Arabie saoudite sunnite, important soutien de M. Hariri, et l'Iran chiite, grand allié du Hezbollah libanais. (Belga)