"Le Zimbabwe a une opportunité extraordinaire d'emprunter une nouvelle voie", a estimé le chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson dans un communiqué, saluant un "moment historique". "Nous félicitons tous les Zimbabwéens qui ont fait savoir pacifiquement mais clairement que l'heure du changement était arrivée", a-t-il ajouté. Il a appelé "toutes les parties" à "la retenue et au respect de l'ordre constitutionnel et civil". Au-delà de la période de transition qui s'ouvre, "les Zimbabwéens devront choisir leurs propres dirigeants" par "des élections libres et équitables", a insisté le secrétaire d'Etat, souhaitant la mise en place de réformes économiques et politiques. Le président Mugabe, 93 ans dont 37 passés au pouvoir, a mis un point final mardi à son règne sans partage sur le Zimbabwe en présentant sa démission sous la pression de l'armée, de son propre parti et de la rue. Son ancien vice-président Emmerson Mnangagwa, 75 ans, devrait être nommé dès mercredi président par intérim. (Belga)

"Le Zimbabwe a une opportunité extraordinaire d'emprunter une nouvelle voie", a estimé le chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson dans un communiqué, saluant un "moment historique". "Nous félicitons tous les Zimbabwéens qui ont fait savoir pacifiquement mais clairement que l'heure du changement était arrivée", a-t-il ajouté. Il a appelé "toutes les parties" à "la retenue et au respect de l'ordre constitutionnel et civil". Au-delà de la période de transition qui s'ouvre, "les Zimbabwéens devront choisir leurs propres dirigeants" par "des élections libres et équitables", a insisté le secrétaire d'Etat, souhaitant la mise en place de réformes économiques et politiques. Le président Mugabe, 93 ans dont 37 passés au pouvoir, a mis un point final mardi à son règne sans partage sur le Zimbabwe en présentant sa démission sous la pression de l'armée, de son propre parti et de la rue. Son ancien vice-président Emmerson Mnangagwa, 75 ans, devrait être nommé dès mercredi président par intérim. (Belga)