L'inculpation de Joëlle Milquet fait suite à l'enquête judiciaire sur des emplois fictifs présumés à son cabinet lorsqu'elle était encore ministre de l'Intérieur. Le parquet général avait ouvert une enquête en juin 2014, et des perquisitions avaient été menées un an plus tard au cabinet de la ministre. Mme Milquet, qui a remis lundi son mandat à la disposition du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, a toujours nié les accusations portées contre elle. (Belga)