"Sauf à avoir une ministre bénévole - ce que nous ne souhaitons pas - je ne vois pas bien comment cette opération est faisable", a indiqué Mme Bertieaux. Elle interrogera au plus tôt le gouvernement pour en avoir le c?ur net, elle qui soupçonne une inévitable augmentation du personnel des cabinets en plus du coût d'une rémunération ministérielle. "On ose espérer que l'on récupérera une partie du cabinet" de Mme Milquet pour éviter une forte augmentation de ce type de personnel, a-t-elle ajouté. Le remaniement n'a pas modifié le nombre de ministres en Fédération, qui reste de 7, ni en Wallonie, qui reste de 8, mais l'abandon de la double casquette de René Collin a fait monter de 13 à 14 le nombre de personnalités chargées d'assumer les maroquins, Jean-Claude Marcourt (PS) restant le dernier ministre à siéger dans les deux gouvernements. Au-delà de ses doutes, Françoise Bertieaux voit dans l'arrivée d'une nouvelle ministre "un mauvais signal" à la population. (Belga)

"Sauf à avoir une ministre bénévole - ce que nous ne souhaitons pas - je ne vois pas bien comment cette opération est faisable", a indiqué Mme Bertieaux. Elle interrogera au plus tôt le gouvernement pour en avoir le c?ur net, elle qui soupçonne une inévitable augmentation du personnel des cabinets en plus du coût d'une rémunération ministérielle. "On ose espérer que l'on récupérera une partie du cabinet" de Mme Milquet pour éviter une forte augmentation de ce type de personnel, a-t-elle ajouté. Le remaniement n'a pas modifié le nombre de ministres en Fédération, qui reste de 7, ni en Wallonie, qui reste de 8, mais l'abandon de la double casquette de René Collin a fait monter de 13 à 14 le nombre de personnalités chargées d'assumer les maroquins, Jean-Claude Marcourt (PS) restant le dernier ministre à siéger dans les deux gouvernements. Au-delà de ses doutes, Françoise Bertieaux voit dans l'arrivée d'une nouvelle ministre "un mauvais signal" à la population. (Belga)