La liste des pays dits d'origine sûrs a été introduite en 2012 par la secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration de l'époque, Maggie De Block (Open VLD). Les demandeurs d'asile provenant des pays répertoriés sur cette liste voient ainsi leur demande traitée via une procédure accélérée, endéans les 15 jours. Les critères pris en compte pour déterminer qu'un pays est sûr sont: la situation légale (Etat de droit), l'application du droit et la situation politique générale dans le pays d'origine, la possibilité d'y obtenir une protection contre des actes de persécution ou des mauvais traitements. La question de l'extension de cette liste fait l'objet d'un réexamen en principe annuel au sein du gouvernement. En 2015, la Bosnie-Herzégovine, l'Albanie, la Macédoine, le Kosovo, le Monténégro, la Serbie et l'Inde y figuraient. M. Francken souhaitait désormais ajouter la Géorgie, la Tunisie et le Sénégal. Il devait toutefois faire face à l'opposition du CGRA, ainsi que de certains membres au sein du gouvernement. Au final, le conseil des ministres a uniquement donné son feu vert pour l'ajout de la Géorgie à la liste. Theo Francken s'est dit satisfait de ce "premier pas", précisant que seuls 2,9% des demandeurs d'asile géorgiens avaient obtenu une protection internationale l'année dernière. L'Albanie, qui avait été retirée par le Conseil d'Etat de la liste l'an dernier, y figure également à nouveau. Le secrétaire d'Etat Francken s'est déclaré convaincu que la procédure accélérée doit être maintenue pour les ressortissants albanais. (Belga)

La liste des pays dits d'origine sûrs a été introduite en 2012 par la secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration de l'époque, Maggie De Block (Open VLD). Les demandeurs d'asile provenant des pays répertoriés sur cette liste voient ainsi leur demande traitée via une procédure accélérée, endéans les 15 jours. Les critères pris en compte pour déterminer qu'un pays est sûr sont: la situation légale (Etat de droit), l'application du droit et la situation politique générale dans le pays d'origine, la possibilité d'y obtenir une protection contre des actes de persécution ou des mauvais traitements. La question de l'extension de cette liste fait l'objet d'un réexamen en principe annuel au sein du gouvernement. En 2015, la Bosnie-Herzégovine, l'Albanie, la Macédoine, le Kosovo, le Monténégro, la Serbie et l'Inde y figuraient. M. Francken souhaitait désormais ajouter la Géorgie, la Tunisie et le Sénégal. Il devait toutefois faire face à l'opposition du CGRA, ainsi que de certains membres au sein du gouvernement. Au final, le conseil des ministres a uniquement donné son feu vert pour l'ajout de la Géorgie à la liste. Theo Francken s'est dit satisfait de ce "premier pas", précisant que seuls 2,9% des demandeurs d'asile géorgiens avaient obtenu une protection internationale l'année dernière. L'Albanie, qui avait été retirée par le Conseil d'Etat de la liste l'an dernier, y figure également à nouveau. Le secrétaire d'Etat Francken s'est déclaré convaincu que la procédure accélérée doit être maintenue pour les ressortissants albanais. (Belga)