L'annonce de ces cours, présentés alors comme de "respect de femmes", après les incidents de Cologne a suscité un certain remous, notamment quand la ministre de l'Egalité des chances de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Isabelle Simonis (PS) y a vu "un racisme à peine déguisé". Plusieurs députés flamands ont interrogé le secrétaire d'Etat N-VA à ce sujet. "Le cours a été rédigé avec Sensoa (le centre flamand d'expertise en matière de santé sexuelle). Lisez-le et jugez par vous-même. Est-ce raciste?", a demandé M. Francken. "C'est simplement nécessaire. Le cours est clair, peut-être trop parfois pour les uns et les autres. Il faudra en parler". Un volet de ce cours est d'ailleurs consacré à la façon de l'enseigner et est actuellement en discussion. La partie "relations et santé sexuelle" recouvre trois aspects: rencontres et relations en Belgique, lois et valeurs en Belgique et santé sexuelle. Des situations très différentes sont visées: la façon de se saluer, d'aborder les relations, notamment ce qui se fait et ne se fait pas dans la séduction, l'interdiction de la polygamie, des mariages forcés, etc. Le cours aborde également aussi bien l'homosexualité que la prostitution, la violence sexuelle ou la contraception. "Cela facilitera l'intégration des demandeurs d'asile et préparera ceux qui reçoivent une réponse positive au parcours d'intégration", a souligné le secrétaire d'Etat. (Belga)

L'annonce de ces cours, présentés alors comme de "respect de femmes", après les incidents de Cologne a suscité un certain remous, notamment quand la ministre de l'Egalité des chances de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Isabelle Simonis (PS) y a vu "un racisme à peine déguisé". Plusieurs députés flamands ont interrogé le secrétaire d'Etat N-VA à ce sujet. "Le cours a été rédigé avec Sensoa (le centre flamand d'expertise en matière de santé sexuelle). Lisez-le et jugez par vous-même. Est-ce raciste?", a demandé M. Francken. "C'est simplement nécessaire. Le cours est clair, peut-être trop parfois pour les uns et les autres. Il faudra en parler". Un volet de ce cours est d'ailleurs consacré à la façon de l'enseigner et est actuellement en discussion. La partie "relations et santé sexuelle" recouvre trois aspects: rencontres et relations en Belgique, lois et valeurs en Belgique et santé sexuelle. Des situations très différentes sont visées: la façon de se saluer, d'aborder les relations, notamment ce qui se fait et ne se fait pas dans la séduction, l'interdiction de la polygamie, des mariages forcés, etc. Le cours aborde également aussi bien l'homosexualité que la prostitution, la violence sexuelle ou la contraception. "Cela facilitera l'intégration des demandeurs d'asile et préparera ceux qui reçoivent une réponse positive au parcours d'intégration", a souligné le secrétaire d'Etat. (Belga)