Quelque 30.000 personnes dorment actuellement dans les centres d'accueil de Fedasil, ce qui entraîne des coûts élevés pour l'Etat, qui doit prendre les demandeurs d'asile en charge.

Les 30 millions d'euros libérés par le gouvernement doivent notamment renforcer le Commissariat général aux réfugiés (CGRA) et les services des retours à l'Office des étrangers. "Je veux, qu'à court terme, 3.000 décisions puissent être prises chaque mois", déclare Theo Francken.

L'année passée, le CGRA a signifié 9.880 refus d'octroi du statut de réfugié sur 18.000 décisions.

Quelque 30.000 personnes dorment actuellement dans les centres d'accueil de Fedasil, ce qui entraîne des coûts élevés pour l'Etat, qui doit prendre les demandeurs d'asile en charge. Les 30 millions d'euros libérés par le gouvernement doivent notamment renforcer le Commissariat général aux réfugiés (CGRA) et les services des retours à l'Office des étrangers. "Je veux, qu'à court terme, 3.000 décisions puissent être prises chaque mois", déclare Theo Francken. L'année passée, le CGRA a signifié 9.880 refus d'octroi du statut de réfugié sur 18.000 décisions.