Ce fléau doit être combattu de deux manières, selon Karel Van Eetvelt, CEO de Febelfin. "Tout d'abord, les bandes doivent être arrêtées", estime-t-il. "Sur ce point, la coopération avec les autorités se déroule très bien et de manière intensive. De sérieux efforts sont fournis sur le territoire belge, qui conduisent notamment à des arrestations et à des condamnations." "Là où le bât blesse, c'est au niveau de la coopération avec les Pays-Bas", estime par ailleurs Karel Van Eetvelt, qui considère que la collaboration pourrait être meilleure entre les deux pays. Des bandes néerlandaises sont en effet à l'origine de nombreuses attaques sur le territoire belge. Une autre façon de s'attaquer au problème est de faire en sorte qu'il y ait moins d'argent dans les distributeurs automatiques de billets. "C'est pourquoi le recours au paiement électronique doit être davantage encouragé par les autorités", avance le CEO. Par exemple, elles pourraient davantage investir dans des programmes de formation destinés notamment aux plus âgés. "Nous avons développé un certain nombre de projets pour aider les personnes ayant des difficultés avec la numérisation à y faire face, les former et les accompagner", explique encore Karel Van Eetvelt. Febelfin a notamment un projet en cours en Région wallonne dans le cadre duquel des sessions de formation d'une demi-journée sont organisées. Cependant, la fédération bancaire compte sur un soutien accru des autorités. "Former est une mission du gouvernement, c'est pourquoi nous demandons un soutien des efforts du secteur." (Belga)