L'Amazonie colombienne "fait face à une crise environnementale et sécuritaire sans précédent qui met les défenseurs de l'environnement en grand danger", estiment ces neuf organisations, colombiennes et internationales, à l'occasion de la parution d'un rapport sur le sujet. "L'intensification de l'accaparement des ressources et des activités économiques illégales, comme les cultures illicites et le trafic de drogue, l'exploitation minière, l'élevage de bétail et l'agriculture, ont non seulement alimenté la dégradation de l'environnement et la déforestation dans la région, mais aussi une augmentation de la violence", s'alarment les auteurs de ce rapport, intitulé "Un climat dangereux". Selon les chiffres de l'IDEAM, une institution publique et scientifique de surveillance de l'environnement, "70 % de la déforestation du pays est concentrée en Amazonie et continue d'augmenter : de 98.256 hectares en 2019 à 109.302 hectares en 2020". "Bien que cette crise couve depuis des décennies, elle s'est accentuée depuis la signature de l'accord de paix historique de 2016 entre le gouvernement et la guérilla des FARC" (Forces armées révolutionnaires de Colombie), démontre le rapport, rédigé par la Fondation des idées pour la paix (FIP) et Adelphi, avec notamment le soutien du Fonds mondial pour la nature (WWF). "Un réseau complexe et mouvant de groupes armés illégaux, d'acteurs privés et de fonctionnaires corrompus ont profité du vide laissé par le désarmement d'une grande partie des FARC pour étendre leur pouvoir et leurs activités économiques illégales, dont la plupart ont un impact négatif sur la nature", poursuit ce texte. "Les communautés locales, les ONG et les institutions qui tentent de protéger l'Amazonie sont entrées en conflit avec les intérêts de ces groupes puissants et, par conséquent, sont de plus en plus la cible d'attaques", souligne Juan Carlos Garzon, chercheur à la FIP et l'un des auteurs de l'étude. (Belga)

L'Amazonie colombienne "fait face à une crise environnementale et sécuritaire sans précédent qui met les défenseurs de l'environnement en grand danger", estiment ces neuf organisations, colombiennes et internationales, à l'occasion de la parution d'un rapport sur le sujet. "L'intensification de l'accaparement des ressources et des activités économiques illégales, comme les cultures illicites et le trafic de drogue, l'exploitation minière, l'élevage de bétail et l'agriculture, ont non seulement alimenté la dégradation de l'environnement et la déforestation dans la région, mais aussi une augmentation de la violence", s'alarment les auteurs de ce rapport, intitulé "Un climat dangereux". Selon les chiffres de l'IDEAM, une institution publique et scientifique de surveillance de l'environnement, "70 % de la déforestation du pays est concentrée en Amazonie et continue d'augmenter : de 98.256 hectares en 2019 à 109.302 hectares en 2020". "Bien que cette crise couve depuis des décennies, elle s'est accentuée depuis la signature de l'accord de paix historique de 2016 entre le gouvernement et la guérilla des FARC" (Forces armées révolutionnaires de Colombie), démontre le rapport, rédigé par la Fondation des idées pour la paix (FIP) et Adelphi, avec notamment le soutien du Fonds mondial pour la nature (WWF). "Un réseau complexe et mouvant de groupes armés illégaux, d'acteurs privés et de fonctionnaires corrompus ont profité du vide laissé par le désarmement d'une grande partie des FARC pour étendre leur pouvoir et leurs activités économiques illégales, dont la plupart ont un impact négatif sur la nature", poursuit ce texte. "Les communautés locales, les ONG et les institutions qui tentent de protéger l'Amazonie sont entrées en conflit avec les intérêts de ces groupes puissants et, par conséquent, sont de plus en plus la cible d'attaques", souligne Juan Carlos Garzon, chercheur à la FIP et l'un des auteurs de l'étude. (Belga)