Clôturant samedi le premier tour des intervenants dans le débat sur la déclaration de politique générale du gouvernement bruxellois pour les prochains mois lue la veille, la cheffe de file du cdH Céline Fremault a abondé partiellement dans le sens des autres formations de l'opposition au parlement bruxellois.

Celles-ci s'étaient exprimées vendredi pour en critiquer le manque de concret et d'indications chiffrées sur ce qui va être réalisé au cours des prochains mois.

"Certaines avancées sont appréciables quant à une approche humaine de notre Ville-Région pour offrir un meilleur cadre de vie. La poursuite d'une partie des politiques menées entre 2014 et 2019 relève d'une continuité de bon sens. Mais nous pointons aussi de nombreuses incertitudes sur les sujets essentiels: notamment en matière de mobilité où le flou absolu demeure sur la future taxe kilométrique, la mise en oeuvre concrète d'une fiscalité environnementale ou la réforme annoncée des titres-services,...", a notamment listé Céline Fremault.

Par la voix de l'ex-ministre régionale, le cdH a par ailleurs signalé des "reculades" inquiétantes comme le report de l'entrée en vigueur du parcours d'intégration ou le dispositif d'allocation loyer suspendu.

Il a enfin regretté le silence à propos de certains publics: les aînés, les familles monoparentales et les personnes porteuses de handicap.