Considéré comme l'enfant terrible du cinéma flamand, Robbe De Hert a réalisé en 1980 "De Witte van Sichem", un film dramatique basé sur le livre d'Ernest Claes et vu au cinéma par près de 600.000 personnes. Il a également tourné "Brylcream Boulevard" (1995), "Gaston's War" (1997) et "Lijmen/Het Been" (2000), d'après les romans de Willem Elsschot. "Robbe était un cinéaste important et possédé, l'une des personnalités les plus uniques de son temps", réagit le réalisateur Erik Van Looy. "Souvent amusant, toujours rebelle, jamais banal. Je pense que l'on peut dire qu'il a mené au moins 10 vies. Si le paradis existe, ils feraient mieux d'y installer rapidement une chaise de réalisateur et de se préparer à une violente tempête, car Robbe est toujours resté lui-même et sera toujours lui-même." Le réalisateur était né le 20 septembre 1942 à Farnborough, en Grande-Bretagne. Membre fondateur du collectif cinématographique Fugitive Cinema en 1966, il souhaitait donner au cinéma belge une dimension sociale. La ville d'Anvers ouvrira un registre de condoléances en ligne afin de lui rendre hommage. (Belga)

Considéré comme l'enfant terrible du cinéma flamand, Robbe De Hert a réalisé en 1980 "De Witte van Sichem", un film dramatique basé sur le livre d'Ernest Claes et vu au cinéma par près de 600.000 personnes. Il a également tourné "Brylcream Boulevard" (1995), "Gaston's War" (1997) et "Lijmen/Het Been" (2000), d'après les romans de Willem Elsschot. "Robbe était un cinéaste important et possédé, l'une des personnalités les plus uniques de son temps", réagit le réalisateur Erik Van Looy. "Souvent amusant, toujours rebelle, jamais banal. Je pense que l'on peut dire qu'il a mené au moins 10 vies. Si le paradis existe, ils feraient mieux d'y installer rapidement une chaise de réalisateur et de se préparer à une violente tempête, car Robbe est toujours resté lui-même et sera toujours lui-même." Le réalisateur était né le 20 septembre 1942 à Farnborough, en Grande-Bretagne. Membre fondateur du collectif cinématographique Fugitive Cinema en 1966, il souhaitait donner au cinéma belge une dimension sociale. La ville d'Anvers ouvrira un registre de condoléances en ligne afin de lui rendre hommage. (Belga)