"Sokal a véritablement réinventé une forme de récit satirique adulte, influencé à ses débuts par l'ironie de la Série noire, la figure du détective privé (de Marlowe à Columbo), et la nervosité de l'encrage de Franquin. Par ses dialogues cyniques et ses personnages pittoresques, Canardo aura marqué l'entrée du catalogue Casterman dans l'âge adulte", a salué son éditeur. Né en 1954 à Bruxelles, Benoît Sokal a étudié la bande dessinée à l'Institut Saint-Luc, notamment aux côtés de son ami François Schuiten. "En plus des 25 aventures de Canardo publiées pendant quatre décennies, Sokal fait figure de pionnier dans plusieurs domaines liés aux nouvelles technologies. Il est par exemple l'un des premiers à expérimenter la mise en couleurs informatique, dès 1994. À la veille de l'an 2000, Benoît Sokal lance son premier jeu vidéo, L'Amerzone, qui connaît un immense succès critique et public à travers le monde, avec plus d'un million d'exemplaires vendus", rappelle Castermann. (Belga)

"Sokal a véritablement réinventé une forme de récit satirique adulte, influencé à ses débuts par l'ironie de la Série noire, la figure du détective privé (de Marlowe à Columbo), et la nervosité de l'encrage de Franquin. Par ses dialogues cyniques et ses personnages pittoresques, Canardo aura marqué l'entrée du catalogue Casterman dans l'âge adulte", a salué son éditeur. Né en 1954 à Bruxelles, Benoît Sokal a étudié la bande dessinée à l'Institut Saint-Luc, notamment aux côtés de son ami François Schuiten. "En plus des 25 aventures de Canardo publiées pendant quatre décennies, Sokal fait figure de pionnier dans plusieurs domaines liés aux nouvelles technologies. Il est par exemple l'un des premiers à expérimenter la mise en couleurs informatique, dès 1994. À la veille de l'an 2000, Benoît Sokal lance son premier jeu vidéo, L'Amerzone, qui connaît un immense succès critique et public à travers le monde, avec plus d'un million d'exemplaires vendus", rappelle Castermann. (Belga)