"Tout le personnel des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique s'associe au deuil causé par la disparition de cet homme visionnaire qui a profondément transformé notre institution", ajoute le communiqué. Né à Ixelles le 8 novembre 1924, ce docteur en Philosophie et Lettres de l'Université Libre de Bruxelles (ULB), était devenu conservateur en chef des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique en 1961. Pendant 24 ans, "il a rénové et agrandi les Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique." Anobli en 1988 par le Roi Baudouin qui lui confère le titre de Baron, Philippe Roberts-Jones était également historien d'art, essayiste, poète et nouvelliste. (Belga)

"Tout le personnel des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique s'associe au deuil causé par la disparition de cet homme visionnaire qui a profondément transformé notre institution", ajoute le communiqué. Né à Ixelles le 8 novembre 1924, ce docteur en Philosophie et Lettres de l'Université Libre de Bruxelles (ULB), était devenu conservateur en chef des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique en 1961. Pendant 24 ans, "il a rénové et agrandi les Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique." Anobli en 1988 par le Roi Baudouin qui lui confère le titre de Baron, Philippe Roberts-Jones était également historien d'art, essayiste, poète et nouvelliste. (Belga)