"Le trafiquant d'êtres humains qui était au volant faisait bien partie des 28 personnes interpellées tout comme son passager. On a pu déterminer leurs identités mais, faute de preuve en temps réel, on a dû les relâcher en attendant les analyses.

Depuis, ils sont introuvables. Ils ont probablement déjà quitté le pays. Espérons qu'un mandat d'arrêt européen soit rapidement lancé", selon une source bien informée citée par les quotidiens. Il ne s'agit pas du père de Mawda, précise la Meuse.

"Le trafiquant d'êtres humains qui était au volant faisait bien partie des 28 personnes interpellées tout comme son passager. On a pu déterminer leurs identités mais, faute de preuve en temps réel, on a dû les relâcher en attendant les analyses. Depuis, ils sont introuvables. Ils ont probablement déjà quitté le pays. Espérons qu'un mandat d'arrêt européen soit rapidement lancé", selon une source bien informée citée par les quotidiens. Il ne s'agit pas du père de Mawda, précise la Meuse.