"Tout le monde est très éprouvé. Dès le départ, chacun d'entre nous s'est mobilisé", a précisé la porte-parole, qui ne souhaite pas commenter les circonstances du drame et renvoie à ce sujet vers le parquet d'Anvers. La collaboration avec la police locale et fédérale ainsi que le service d'assistance aux victimes se passe bien, selon Fedasil. La presse évoquait dans ses colonnes jeudi la mauvaise réputation que traîne ce centre d'asile auprès des réfugiés. Une ambiance agressive y régnerait. Mais Fedasil conteste ces affirmations. "De tels propos ne sont basés sur rien. Je ne comprends pas d'où ils viennent. Ce n'est en tout cas pas du tout étayé par les chiffres, ni par les faits ou quoi que ce soit d'autre", a souligné Mme. Candaele. Des incidents peuvent se produire dans tous les centres d'asile, avec parfois des conséquences plus graves. "Mais ce n'est pas vrai de dire qu'il y a plus de problèmes dans le centre d'accueil de Broechem qu'ailleurs."

"Tout le monde est très éprouvé. Dès le départ, chacun d'entre nous s'est mobilisé", a précisé la porte-parole, qui ne souhaite pas commenter les circonstances du drame et renvoie à ce sujet vers le parquet d'Anvers. La collaboration avec la police locale et fédérale ainsi que le service d'assistance aux victimes se passe bien, selon Fedasil. La presse évoquait dans ses colonnes jeudi la mauvaise réputation que traîne ce centre d'asile auprès des réfugiés. Une ambiance agressive y régnerait. Mais Fedasil conteste ces affirmations. "De tels propos ne sont basés sur rien. Je ne comprends pas d'où ils viennent. Ce n'est en tout cas pas du tout étayé par les chiffres, ni par les faits ou quoi que ce soit d'autre", a souligné Mme. Candaele. Des incidents peuvent se produire dans tous les centres d'asile, avec parfois des conséquences plus graves. "Mais ce n'est pas vrai de dire qu'il y a plus de problèmes dans le centre d'accueil de Broechem qu'ailleurs."