Fort logiquement, le parquet général de Mons a indiqué, très vite après l'annonce du décès d'Armand De Decker, que l'action publique le concernant dans le dossier du Kazakhgate était éteinte. Mais cette extinction des poursuites ne clôt pas pour autant l'enquête dans son entièreté, qui implique d'autres protagonistes. L'instruction judiciaire à Mons - où le dossier a été renvoyé après l'implication du magistrat bruxellois Jean-François Godbille - comporte, en effet, trois volets.
...