Une petite centaine de personnes se sont rassemblées à partir de 11H00 HB, rue Nicolas-Appert, devant les anciens locaux de Charlie Hebdo, a constaté un journaliste de l'AFP. A la même heure environ, il y a cinq ans jour pour jour, les frères djihadistes Saïd et Chérif Kouachi tuaient 11 personnes au siège parisien du journal satirique, suscitant une onde de choc en France et à l'étranger. Deux autres hommages sont également programmés boulevard Richard-Lenoir, où le lieutenant de police Ahmed Merabet a été abattu par les frères Kouachi, et porte de Vincennes devant le magasin Hyper Cacher, où Amédy Coulibaly a tué quatre hommes, tous juifs, lors d'une prise d'otages le 9 janvier 2015. Lectures des plaques commémoratives, dépôts de gerbes, minutes de silence: les cérémonies sont empreintes d'une grande sobriété à la demande des familles, en présence des ministres de l'Intérieur, Christophe Castaner, et de la Justice, Nicole Belloubet, accompagnés de la maire de Paris Anne Hidalgo. "Nouvelles censures... Nouvelles dictatures", dénonce mardi Charlie Hebdo en Une de son numéro anniversaire. L'hebdomadaire s'en prend aux "nouveaux gourous de la pensée formatée" et donne la parole à des proches des victimes, dont Maryse Wolinski, veuve du dessinateur. Un hommage à la policière municipale Clarissa Jean-Philippe, tuée à Montrouge le 8 janvier 2015 par Amédy Coulibaly, est également prévu mercredi sur les lieux du drame. Une autre cérémonie d'hommage aux victimes de l'Hyper Cacher, organisée par le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), est programmée jeudi soir. Les quatorze suspects soupçonnés d'avoir fourni un soutien logistique aux frères Kouachi et à Amédy Coulibaly seront jugés à Paris du 4 mai au 10 juillet devant une cour d'assises spéciale. (Belga)

Une petite centaine de personnes se sont rassemblées à partir de 11H00 HB, rue Nicolas-Appert, devant les anciens locaux de Charlie Hebdo, a constaté un journaliste de l'AFP. A la même heure environ, il y a cinq ans jour pour jour, les frères djihadistes Saïd et Chérif Kouachi tuaient 11 personnes au siège parisien du journal satirique, suscitant une onde de choc en France et à l'étranger. Deux autres hommages sont également programmés boulevard Richard-Lenoir, où le lieutenant de police Ahmed Merabet a été abattu par les frères Kouachi, et porte de Vincennes devant le magasin Hyper Cacher, où Amédy Coulibaly a tué quatre hommes, tous juifs, lors d'une prise d'otages le 9 janvier 2015. Lectures des plaques commémoratives, dépôts de gerbes, minutes de silence: les cérémonies sont empreintes d'une grande sobriété à la demande des familles, en présence des ministres de l'Intérieur, Christophe Castaner, et de la Justice, Nicole Belloubet, accompagnés de la maire de Paris Anne Hidalgo. "Nouvelles censures... Nouvelles dictatures", dénonce mardi Charlie Hebdo en Une de son numéro anniversaire. L'hebdomadaire s'en prend aux "nouveaux gourous de la pensée formatée" et donne la parole à des proches des victimes, dont Maryse Wolinski, veuve du dessinateur. Un hommage à la policière municipale Clarissa Jean-Philippe, tuée à Montrouge le 8 janvier 2015 par Amédy Coulibaly, est également prévu mercredi sur les lieux du drame. Une autre cérémonie d'hommage aux victimes de l'Hyper Cacher, organisée par le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), est programmée jeudi soir. Les quatorze suspects soupçonnés d'avoir fourni un soutien logistique aux frères Kouachi et à Amédy Coulibaly seront jugés à Paris du 4 mai au 10 juillet devant une cour d'assises spéciale. (Belga)