"Le processus de libération des personnes détenues a commencé au point de contrôle de Maïorské dans la région de Donetsk", a twitté la présidence sans donner aucun détail. Sur des images retransmises en direct par la présidence, on pouvait voir deux autocars en provenance des territoires séparatistes arrivés sur un terrain gardé par des militaires ukrainiens armés près du village d'Odradivka, dans la zone contrôlée par Kiev, à une dizaine de kilomètres de la ligne de front. Les journalistes n'avaient pas d'accès direct à ce terrain. Les identités et le nombre exact de personnes échangées n'ont pas été communiqués par les belligérants, mais l'opération devrait concerner plus d'une centaine de personnes au total. Selon des informations de médias ukrainiens, non confirmées, les séparatistes devraient libérer principalement des militaires ukrainiens, mais également des activistes ou journalistes emprisonnés. De son côté, Kiev pourrait notamment échanger trois hommes condamnés à la prison à vie pour avoir commis un attentat meurtrier à Kharkiv en février 2015, ainsi que d'anciens policiers anti-émeute jugés en Ukraine pour leur implication présumée dans la répression sanglante des manifestations de la place Maïdan, en 2014, suivie du départ du président pro-russe Viktor Ianoukovitch. Cette dernière possibilité a suscité l'indignation de nombreux Ukrainiens et une association de familles de victimes a appelé le président Volodymyr Zelensky à y renoncer. (Belga)

"Le processus de libération des personnes détenues a commencé au point de contrôle de Maïorské dans la région de Donetsk", a twitté la présidence sans donner aucun détail. Sur des images retransmises en direct par la présidence, on pouvait voir deux autocars en provenance des territoires séparatistes arrivés sur un terrain gardé par des militaires ukrainiens armés près du village d'Odradivka, dans la zone contrôlée par Kiev, à une dizaine de kilomètres de la ligne de front. Les journalistes n'avaient pas d'accès direct à ce terrain. Les identités et le nombre exact de personnes échangées n'ont pas été communiqués par les belligérants, mais l'opération devrait concerner plus d'une centaine de personnes au total. Selon des informations de médias ukrainiens, non confirmées, les séparatistes devraient libérer principalement des militaires ukrainiens, mais également des activistes ou journalistes emprisonnés. De son côté, Kiev pourrait notamment échanger trois hommes condamnés à la prison à vie pour avoir commis un attentat meurtrier à Kharkiv en février 2015, ainsi que d'anciens policiers anti-émeute jugés en Ukraine pour leur implication présumée dans la répression sanglante des manifestations de la place Maïdan, en 2014, suivie du départ du président pro-russe Viktor Ianoukovitch. Cette dernière possibilité a suscité l'indignation de nombreux Ukrainiens et une association de familles de victimes a appelé le président Volodymyr Zelensky à y renoncer. (Belga)