"Emplissons les rues de paix et de liberté", avait souhaité la mairie de la deuxième ville d'Espagne, après le double attentat de Barcelone et de la station balnéaire de Cambrils commis les 17 et 18 août, revendiqué par l'organisation État islamique (EI). Derrière la banderole de tête "No tinc por" ("Je n'ai pas peur", en catalan), le premier rang était réservé aux "représentants des collectifs qui, dès la première minute, s'étaient occupés des victimes", selon le souhait de la mairie: policiers, pompiers en uniformes, médecins en blouse blanche, chauffeurs de taxis, commerçants et habitants des Ramblas. Fait exceptionnel, le roi Felipe VI s'est joint aux manifestants, devenant ainsi le premier souverain espagnol à participer à une manifestation depuis le rétablissement de la monarchie en 1975. Il se positionnait plusieurs rangs derrière la banderole de tête, de même que le chef du gouvernement conservateur Mariano Rajoy, et de très nombreuses personnalités politiques: ministres, présidents de régions, chefs de différents partis... "La meilleure réponse: la paix", "non à l'islamophobie", pouvait-on lire sur quelques-unes des pancartes dans la foule. De nombreux manifestants s'étaient aussi munis de drapeaux indépendantistes catalans. Alors que le torchon brûle entre le gouvernement espagnol et la région de Catalogne dirigée par des séparatistes, la marche unitaire de Barcelone devait être l'occasion d'une trêve, le temps d'une journée. (Belga)

"Emplissons les rues de paix et de liberté", avait souhaité la mairie de la deuxième ville d'Espagne, après le double attentat de Barcelone et de la station balnéaire de Cambrils commis les 17 et 18 août, revendiqué par l'organisation État islamique (EI). Derrière la banderole de tête "No tinc por" ("Je n'ai pas peur", en catalan), le premier rang était réservé aux "représentants des collectifs qui, dès la première minute, s'étaient occupés des victimes", selon le souhait de la mairie: policiers, pompiers en uniformes, médecins en blouse blanche, chauffeurs de taxis, commerçants et habitants des Ramblas. Fait exceptionnel, le roi Felipe VI s'est joint aux manifestants, devenant ainsi le premier souverain espagnol à participer à une manifestation depuis le rétablissement de la monarchie en 1975. Il se positionnait plusieurs rangs derrière la banderole de tête, de même que le chef du gouvernement conservateur Mariano Rajoy, et de très nombreuses personnalités politiques: ministres, présidents de régions, chefs de différents partis... "La meilleure réponse: la paix", "non à l'islamophobie", pouvait-on lire sur quelques-unes des pancartes dans la foule. De nombreux manifestants s'étaient aussi munis de drapeaux indépendantistes catalans. Alors que le torchon brûle entre le gouvernement espagnol et la région de Catalogne dirigée par des séparatistes, la marche unitaire de Barcelone devait être l'occasion d'une trêve, le temps d'une journée. (Belga)