Cette phase de vaccination a été préparée en concertation avec les associations du secteur, parmi lesquelles Alias, Bruss'Help, Espace P, Médecins du Monde et UTSOPI. Les travailleuses et travailleurs du sexe qui souhaitent se faire vacciner sont invités à s'inscrire dans l'un des dix centres de vaccination. "Toutefois, si une personne en exprime la demande, nous proposons de la vacciner dans les locaux d'une des associations de terrain via une équipe mobile de vaccination composée d'un infirmier et d'un médecin coordinateur", a précisé vendredi dans un communiqué la Cocom, pour qui il est important que la vaccination ait lieu dans "un endroit où il n'y a pas de jugement, ni de questionnement indiscret". À l'instar de personnes sans-abri, les professionnelles et professionnels du sexe font partie du groupe de personnes en situation de vulnérabilité concernées par la vaccination via les équipes mobiles. "Les travailleur·euses du sexe sont fortement exposées aux contacts avec leurs clients, et sont très demandeur·euses de pouvoir elles et eux aussi être vacciné·e·s. Cela va permettre au secteur de pouvoir reprendre dans les meilleures conditions possibles, avec une prise en considération de leurs réalités", a souligné Maxime Maes, coordinateur général d'UTSOPI, qui représente le secteur de la prostitution. "Ce nouveau dispositif de vaccination de proximité vient renforcer l'ensemble des actions déjà mises en place en Région bruxelloise, avec toujours le même objectif: vacciner le plus grand nombre de Bruxellois et Bruxelloises et ne laisser personne sur le carreau", a, pour sa part, fait valoir le ministre bruxellois de la Santé, Alain Maron. (Belga)

Cette phase de vaccination a été préparée en concertation avec les associations du secteur, parmi lesquelles Alias, Bruss'Help, Espace P, Médecins du Monde et UTSOPI. Les travailleuses et travailleurs du sexe qui souhaitent se faire vacciner sont invités à s'inscrire dans l'un des dix centres de vaccination. "Toutefois, si une personne en exprime la demande, nous proposons de la vacciner dans les locaux d'une des associations de terrain via une équipe mobile de vaccination composée d'un infirmier et d'un médecin coordinateur", a précisé vendredi dans un communiqué la Cocom, pour qui il est important que la vaccination ait lieu dans "un endroit où il n'y a pas de jugement, ni de questionnement indiscret". À l'instar de personnes sans-abri, les professionnelles et professionnels du sexe font partie du groupe de personnes en situation de vulnérabilité concernées par la vaccination via les équipes mobiles. "Les travailleur·euses du sexe sont fortement exposées aux contacts avec leurs clients, et sont très demandeur·euses de pouvoir elles et eux aussi être vacciné·e·s. Cela va permettre au secteur de pouvoir reprendre dans les meilleures conditions possibles, avec une prise en considération de leurs réalités", a souligné Maxime Maes, coordinateur général d'UTSOPI, qui représente le secteur de la prostitution. "Ce nouveau dispositif de vaccination de proximité vient renforcer l'ensemble des actions déjà mises en place en Région bruxelloise, avec toujours le même objectif: vacciner le plus grand nombre de Bruxellois et Bruxelloises et ne laisser personne sur le carreau", a, pour sa part, fait valoir le ministre bruxellois de la Santé, Alain Maron. (Belga)