Deux statues de ce Franciscain ont déjà été déboulonnées, vendredi à San Francisco, et samedi à Los Angeles, lors des manifestations qui se succèdent en Californie comme dans tous les Etats-Unis pour dénoncer le racisme depuis la mort de l'Afro-Américain George Floyd, asphyxié par un policier en mai dernier. A Palma, sur l'île méditerranéenne de Majorque où est né ce prêtre du XVIIIe siècle, un tag rouge a été découvert lundi sur le socle de sa statue. Junipero Serra, mort en 1784, avait fondé quelques-unes des premières missions catholiques en Californie. Sa canonisation par le pape en 2015 avait été très décriée, notamment par les Amérindiens dont certains le considèrent comme le meurtrier de leur peuple et de leur culture. "Nous travaillons avec les autorités américaines pour abaisser la pression et la tension", a déclaré lundi la ministre espagnole des Affaires étrangères, Arancha Gonzalez Laya, réagissant aux déboulonnages des deux statues aux Etats-Unis. Elle a dans le même temps plaidé pour "améliorer la connaissance aux États-Unis du legs hispanique dans ce pays". En Espagne, la maire de Barcelone (nord-est) Ada Colau a défendu la semaine dernière une contextualisation critique de la statue de Christophe Colomb, avec une explication autour du monument de cette autre figure de la conquête de l'Amérique, comme l'exige l'extrême-gauche locale depuis plusieurs années. Prenant une mesure plus radicale, la ville de San Francisco a retiré jeudi une statue du navigateur controversé entre les murs de son parlement local. En Europe, le mouvement mondial qui veut reconsidérer les symboles d'un passé esclavagiste et raciste a notamment atteint la France, la Grande-Bretagne et la Belgique, où des statues de figures coloniales ont été attaquées ces dernières semaines. (Belga)

Deux statues de ce Franciscain ont déjà été déboulonnées, vendredi à San Francisco, et samedi à Los Angeles, lors des manifestations qui se succèdent en Californie comme dans tous les Etats-Unis pour dénoncer le racisme depuis la mort de l'Afro-Américain George Floyd, asphyxié par un policier en mai dernier. A Palma, sur l'île méditerranéenne de Majorque où est né ce prêtre du XVIIIe siècle, un tag rouge a été découvert lundi sur le socle de sa statue. Junipero Serra, mort en 1784, avait fondé quelques-unes des premières missions catholiques en Californie. Sa canonisation par le pape en 2015 avait été très décriée, notamment par les Amérindiens dont certains le considèrent comme le meurtrier de leur peuple et de leur culture. "Nous travaillons avec les autorités américaines pour abaisser la pression et la tension", a déclaré lundi la ministre espagnole des Affaires étrangères, Arancha Gonzalez Laya, réagissant aux déboulonnages des deux statues aux Etats-Unis. Elle a dans le même temps plaidé pour "améliorer la connaissance aux États-Unis du legs hispanique dans ce pays". En Espagne, la maire de Barcelone (nord-est) Ada Colau a défendu la semaine dernière une contextualisation critique de la statue de Christophe Colomb, avec une explication autour du monument de cette autre figure de la conquête de l'Amérique, comme l'exige l'extrême-gauche locale depuis plusieurs années. Prenant une mesure plus radicale, la ville de San Francisco a retiré jeudi une statue du navigateur controversé entre les murs de son parlement local. En Europe, le mouvement mondial qui veut reconsidérer les symboles d'un passé esclavagiste et raciste a notamment atteint la France, la Grande-Bretagne et la Belgique, où des statues de figures coloniales ont été attaquées ces dernières semaines. (Belga)