Il n'est pas public, consacré aux seuls employés de la Banque nationale de Belgique (BNB). Celle-ci organise sur le temps de midi une rencontre sur le changement climatique. Face à Philippe Defeyt, économiste et ancien élu Ecolo, ...

Il n'est pas public, consacré aux seuls employés de la Banque nationale de Belgique (BNB). Celle-ci organise sur le temps de midi une rencontre sur le changement climatique. Face à Philippe Defeyt, économiste et ancien élu Ecolo, se trouve Bjorn Lomborg (photo), statisticien danois et climatosceptique avéré. L'invitation serait à l'initiative du directeur Tom Dechaene, apparenté N-VA (la BNB ne confirme pas). L'exposé de Lomborg tient en trois parties : le changement climatique, réel, est surestimé ; le coût pour le contrer est démentiel ; et il y a d'autres priorités (pauvreté...). " Lomborg incarne un courant assez puissant, notamment aux Etats-Unis, estime son interlocuteur d'un jour, Philippe Defeyt. Ce courant ne nie plus le changement climatique ou son origine humaine, mais veut ne pas brider la croissance qui amènera la technologie et les moyens pour contrer les effets du changement climatique. Avec, en plus, le fantasme de la géo-ingéniérie (refroidissement des villes, etc). " Selon la BNB, " vu les thèses assez opposées des deux invités, ce fut un débat très intéressant et enrichissant pour les membres du personnel ".O.B.