"Il n'est pas efficient que les syndicats paient ces indemnités. Et si j'étais dans un gouvernement où j'avais tout à dire, j'y mettrai fin", a-t-il affirmé lors de l'émission De Zevende Dag de la VRT-télévision.

M. De Wever a souligné que Mme Demir avait mis le doigt sur un problème. "L'essentiel, c'est que nous payons chaque année plus (d'indemnités) que ce que nous pouvons réclamer. Qu'est ce que l'on a comme contrôle. C'est un problème et il me semble une évidence que nous devons discuter du système de paiement de nos indemnités", a-t-il affirmé.

Le président de la N-VA a admis que son parti était isolé dans sa critique sur le rôle des syndicats et que cette question ne figure pas dans l'accord de gouvernement de l'équipe Michel 1er.

La députée nationaliste Zuhal Demir avait affirmé jeudi dernier dans plusieurs quotidiens flamands que l'ONEm devait encore récupérer 291 millions d'euros d'allocations de chômage payées indûment. Elle avait aussi critiqué l'inefficacité des syndicats qui participent au versement des revenus de remplacement, s'attirant les foudres de la CSC, de la FGTB et de la CGSLB, qui avaient fait valoir que la députée "fait un amalgame de tous les chiffres".

"Il n'est pas efficient que les syndicats paient ces indemnités. Et si j'étais dans un gouvernement où j'avais tout à dire, j'y mettrai fin", a-t-il affirmé lors de l'émission De Zevende Dag de la VRT-télévision. M. De Wever a souligné que Mme Demir avait mis le doigt sur un problème. "L'essentiel, c'est que nous payons chaque année plus (d'indemnités) que ce que nous pouvons réclamer. Qu'est ce que l'on a comme contrôle. C'est un problème et il me semble une évidence que nous devons discuter du système de paiement de nos indemnités", a-t-il affirmé. Le président de la N-VA a admis que son parti était isolé dans sa critique sur le rôle des syndicats et que cette question ne figure pas dans l'accord de gouvernement de l'équipe Michel 1er. La députée nationaliste Zuhal Demir avait affirmé jeudi dernier dans plusieurs quotidiens flamands que l'ONEm devait encore récupérer 291 millions d'euros d'allocations de chômage payées indûment. Elle avait aussi critiqué l'inefficacité des syndicats qui participent au versement des revenus de remplacement, s'attirant les foudres de la CSC, de la FGTB et de la CGSLB, qui avaient fait valoir que la députée "fait un amalgame de tous les chiffres".