"Si il n'y a pas de vrai changement, alors je n'aurai plus de motivation à faire" de la politique", a-t-il dit sur le plateau de l'émission "Ter zake" (Canvas). Bart De Wever était interrogé sur la campagne en vue des élections communales d'octobre prochain.

Le patron de la formation nationaliste a ajouté en substance qu'il ne souhaitait pas être le leader éternel de sa formation car ailleurs cela a entraîné la mort de partis qui se sont accrochés à de tels personnages.

D'ici deux ans, il transmettra le flambeau de la présidence de la N-VA à un autre membre de son parti, après les élections fédérales et régionales.

L'objectif est de faire en sorte que la N-VA mette fin à l'"enlisement" actuel et force le passage au confédéralisme. Si cela ne devait pas réussir, Bart De Wever, qui aura de toute manière quitté la présidence, n'exclut pas de quitter la politique, a-t-il expliqué.

Levif.be, avec Belga

"Si il n'y a pas de vrai changement, alors je n'aurai plus de motivation à faire" de la politique", a-t-il dit sur le plateau de l'émission "Ter zake" (Canvas). Bart De Wever était interrogé sur la campagne en vue des élections communales d'octobre prochain. Le patron de la formation nationaliste a ajouté en substance qu'il ne souhaitait pas être le leader éternel de sa formation car ailleurs cela a entraîné la mort de partis qui se sont accrochés à de tels personnages. D'ici deux ans, il transmettra le flambeau de la présidence de la N-VA à un autre membre de son parti, après les élections fédérales et régionales. L'objectif est de faire en sorte que la N-VA mette fin à l'"enlisement" actuel et force le passage au confédéralisme. Si cela ne devait pas réussir, Bart De Wever, qui aura de toute manière quitté la présidence, n'exclut pas de quitter la politique, a-t-il expliqué. Levif.be, avec Belga