"Il existait de véritables incompatibilités entre les programmes du PS et du PTB et nous avons choisi des partenaires avec lesquels nous concrétiserons notre vision d'avenir plébiscitée par l'électeur", a souligné Alexandre LOffet président de l'USC et futur échevin des finances.

Le PS étaye ses propos en relevant que le PTB avait directement annoncé la couleur et sa volonté d'aller dans l'opposition, critiquant tant et plus le projet de centre commercial "qui nuirait aux commerces de proximité alors que tous les commerçants s'accordent à dire que c'est l'absence du centre commercial qui met en péril le maintien de leurs activités."

Le PTB critique tous projets impliquant des opérateurs privés, exige de rompre avec le CRAC pour pouvoir dépenser sans respecter aucune balise.

"Ce qui impliquerait un remboursement immédiat de tout l'argent prêté par le CRAC à la Ville de Verviers qui devrait aller emprunter ces sommes auprès des banques privées avec des taux d'intérêt beaucoup plus élevés.

"Matraquage fiscal"

Verviers serait plongée dans un chaos financier avec impossibilité de payer les salaires de son personnel", tance également l'USC.

"Au niveau fiscal, le PTB propose un véritable matraquage en augmentant les taxes obsolètes sur la force motrice et les additionnels sur le matériel et outillage, en instaurant une taxe sur les surfaces de bureaux qui ferait fuir toutes les entreprises de services de la ville, en taxant les implantations commerciales de plus de 400 m2 alors que nous passons notre temps à essayer d'attirer des enseignes en ville, en instaurant une nouvelle taxe urbaine sur les ménages", conclut M. Loffet.

"Il existait de véritables incompatibilités entre les programmes du PS et du PTB et nous avons choisi des partenaires avec lesquels nous concrétiserons notre vision d'avenir plébiscitée par l'électeur", a souligné Alexandre LOffet président de l'USC et futur échevin des finances.Le PS étaye ses propos en relevant que le PTB avait directement annoncé la couleur et sa volonté d'aller dans l'opposition, critiquant tant et plus le projet de centre commercial "qui nuirait aux commerces de proximité alors que tous les commerçants s'accordent à dire que c'est l'absence du centre commercial qui met en péril le maintien de leurs activités." Le PTB critique tous projets impliquant des opérateurs privés, exige de rompre avec le CRAC pour pouvoir dépenser sans respecter aucune balise. "Ce qui impliquerait un remboursement immédiat de tout l'argent prêté par le CRAC à la Ville de Verviers qui devrait aller emprunter ces sommes auprès des banques privées avec des taux d'intérêt beaucoup plus élevés. Verviers serait plongée dans un chaos financier avec impossibilité de payer les salaires de son personnel", tance également l'USC. "Au niveau fiscal, le PTB propose un véritable matraquage en augmentant les taxes obsolètes sur la force motrice et les additionnels sur le matériel et outillage, en instaurant une taxe sur les surfaces de bureaux qui ferait fuir toutes les entreprises de services de la ville, en taxant les implantations commerciales de plus de 400 m2 alors que nous passons notre temps à essayer d'attirer des enseignes en ville, en instaurant une nouvelle taxe urbaine sur les ménages", conclut M. Loffet.