En 2021, la SNCB a constaté plus de 1.300 agressions contre son personnel. Près de quatre agressions sur dix sont des atteintes à l'intégrité physique entrainant des incapacités de travail et un fort impact psychologique. Les deux causes d'agression principales sont liées aux voyageurs sans titre de transport (39%) et, depuis le début de la pandémie, aux voyageurs qui ne respectent pas les mesures sanitaires (23%). La SNCB assure mener une lutte permanente contre les agressions notamment via la présence de Sécurail dans les gare. Dans les trains, des actions de contrôle ciblées à grande échelle sont réalisées en collaboration avec la police fédérale, tandis que les zones avec surveillance caméra sont élargies. Vendredi soir, une accompagnatrice de train a été sauvagement agressée à hauteur d'Ottignies dans un train ralliant Dinant à Bruxelles-Midi. La victime a été rouée de coup et a dû être emmenée à l'hôpital. Les responsables sont toujours recherchés (Belga)

En 2021, la SNCB a constaté plus de 1.300 agressions contre son personnel. Près de quatre agressions sur dix sont des atteintes à l'intégrité physique entrainant des incapacités de travail et un fort impact psychologique. Les deux causes d'agression principales sont liées aux voyageurs sans titre de transport (39%) et, depuis le début de la pandémie, aux voyageurs qui ne respectent pas les mesures sanitaires (23%). La SNCB assure mener une lutte permanente contre les agressions notamment via la présence de Sécurail dans les gare. Dans les trains, des actions de contrôle ciblées à grande échelle sont réalisées en collaboration avec la police fédérale, tandis que les zones avec surveillance caméra sont élargies. Vendredi soir, une accompagnatrice de train a été sauvagement agressée à hauteur d'Ottignies dans un train ralliant Dinant à Bruxelles-Midi. La victime a été rouée de coup et a dû être emmenée à l'hôpital. Les responsables sont toujours recherchés (Belga)