Avant leur départ en train pour Bruxelles, où est prévue une marche pour le climat vendredi après-midi, les jeunes remettront une lettre au bourgmestre d'Anvers, Bart De Wever, dans laquelle ils insistent sur la nécessité de revoir la politique de mobilité, pour tendre vers des transports plus verts, de rendre le port d'Anvers plus durable et d'améliorer l'environnement (verdure, eau) en ville. A court terme, ils demandent l'"urgence climatique" à Anvers et en Flandre pour que tous les subsides aux combustibles fossiles soient immédiatement supprimés et pour empêcher tout nouvel investissement dans les énergies fossiles.

"Ne vous cachez plus derrière l'argument selon lequel une politique climatique forte ne serait pas économiquement viable", appellent encore les signataires. "L'inverse est vrai: le changement climatique est la plus grande menace pour l'économie que nous ayons jamais connue. L'avenir, c'est une économie sans énergies fossiles. Vous le savez aussi. Alors travaillez-y enfin".