Présent sur les plateaux du Zevende Dag (VRT) et de "C'est pas tous les jours dimanche" (RTL-TVi), le chef du gouvernement fédéral a évité tout pronostic sur la prochaine réunion entre les gouvernements fédéral et des entités fédérées. Il a souligné la stabilité des mesures prises depuis le début de la seconde vague. A l'inverse, "il y a un effet yoyo dans d'autres pays", a-t-il fait observer concernant les restrictions consécutives à des assouplissements. Le Premier ministre a répété sa compréhension de la fatigue psychologique dont témoigne la population et réitéré son appel aux "experts au sens large, politiques compris" pour éviter toute surenchère verbale, surtout au vu de l'évolution constante de la situation. "Si la situation continue d'évoluer comme maintenant, si l'on continue à faire ce qu'on a bien fait jusque maintenant - et la très grande majorité des Belges l'a bien fait - c'est la meilleure garantie qu'on ne doive pas prendre des mesures additionnelles", a-t-il dit. Il a évoqué la possibilité de "faire du déconfinement de manière très prudente" car "semaine après semaine, on avance, on s'oriente vers une situation où on pourra faire plus de choses". "La situation belge par rapport à d'autres pays reste quand même assez positive, les mesures mises en ?uvre depuis novembre restent les bonnes, on en voit les résultats", a assuré Alexander De Croo. La vaccination joue un rôle essentiel à cet égard. Selon le Premier ministre, la Belgique se situe "dans le peloton européen". Quant aux livraisons de vaccins, le libéral part du principe que les producteurs "sont de bonne volonté", mais des interventions des autorités restent possibles. "Ces gens font un travail incroyable, mais il faut plus de transparence" sur les exportations de vaccins. L'inspection menée par l'Agence fédérale des médicaments (AFMPS) et ses partenaires européens sur le site de Seneffe d'AstraZeneca a révélé le manque d'un constituant du vaccin. "Est-ce un problème de production classique au lancement ? Ou est-ce que ce produit a été livré par avance à quelqu'un d'autre", s'est interrogé M. De Croo. L'AFMPS a aussi la possibilité de bloquer une exportation, "mais à première vue, ça ne sera pas nécessaire". L'avancée de la vaccination sera déterminante pour la réouverture de l'horeca et de l'événementiel. Une grande partie de la population sera vaccinée à l'automne, selon le Premier ministre. "Nous demandons beaucoup aux gens, donc nous rouvrirons dès que nous pourrons". Interrogé sur les recours contre les mesures corona, Alexander De Croo a insisté sur leur sécurité juridique confirmée par le Conseil d'Etat. Il doute qu'une législation serait plus stable. (Belga)

Présent sur les plateaux du Zevende Dag (VRT) et de "C'est pas tous les jours dimanche" (RTL-TVi), le chef du gouvernement fédéral a évité tout pronostic sur la prochaine réunion entre les gouvernements fédéral et des entités fédérées. Il a souligné la stabilité des mesures prises depuis le début de la seconde vague. A l'inverse, "il y a un effet yoyo dans d'autres pays", a-t-il fait observer concernant les restrictions consécutives à des assouplissements. Le Premier ministre a répété sa compréhension de la fatigue psychologique dont témoigne la population et réitéré son appel aux "experts au sens large, politiques compris" pour éviter toute surenchère verbale, surtout au vu de l'évolution constante de la situation. "Si la situation continue d'évoluer comme maintenant, si l'on continue à faire ce qu'on a bien fait jusque maintenant - et la très grande majorité des Belges l'a bien fait - c'est la meilleure garantie qu'on ne doive pas prendre des mesures additionnelles", a-t-il dit. Il a évoqué la possibilité de "faire du déconfinement de manière très prudente" car "semaine après semaine, on avance, on s'oriente vers une situation où on pourra faire plus de choses". "La situation belge par rapport à d'autres pays reste quand même assez positive, les mesures mises en ?uvre depuis novembre restent les bonnes, on en voit les résultats", a assuré Alexander De Croo. La vaccination joue un rôle essentiel à cet égard. Selon le Premier ministre, la Belgique se situe "dans le peloton européen". Quant aux livraisons de vaccins, le libéral part du principe que les producteurs "sont de bonne volonté", mais des interventions des autorités restent possibles. "Ces gens font un travail incroyable, mais il faut plus de transparence" sur les exportations de vaccins. L'inspection menée par l'Agence fédérale des médicaments (AFMPS) et ses partenaires européens sur le site de Seneffe d'AstraZeneca a révélé le manque d'un constituant du vaccin. "Est-ce un problème de production classique au lancement ? Ou est-ce que ce produit a été livré par avance à quelqu'un d'autre", s'est interrogé M. De Croo. L'AFMPS a aussi la possibilité de bloquer une exportation, "mais à première vue, ça ne sera pas nécessaire". L'avancée de la vaccination sera déterminante pour la réouverture de l'horeca et de l'événementiel. Une grande partie de la population sera vaccinée à l'automne, selon le Premier ministre. "Nous demandons beaucoup aux gens, donc nous rouvrirons dès que nous pourrons". Interrogé sur les recours contre les mesures corona, Alexander De Croo a insisté sur leur sécurité juridique confirmée par le Conseil d'Etat. Il doute qu'une législation serait plus stable. (Belga)