"Ce qui est important pour moi, ce sont les résultats. Et je constate que les résultats fonctionnent et que les ministres autour de la table sont tout à fait d'accord avec la méthode utilisée", a répondu Alexander De Croo lundi, en radio. Selon lui, la gestion de la crise sanitaire et l'accord social avec l'augmentation du salaire minimum sont autant d'exemples que, justement, cela fonctionne dans le ce gouvernement à 7 partis. La prochaine échéance importante, c'est le nucléaire. On attend sous peu le rapport préparé par les services de la ministre de l'Energie Tinne Van der Straeten, dans le but de trancher la question d'un éventuel maintien au-delà de 2025 de deux réacteurs. Le MR insiste ces derniers jours pour qu'il y ait prolongation. Cette question doit être purement rationnelle et technique, rappelle quant à lui le Premier ministre, qui appelle à ne pas l'"idéologiser". Deux éléments comptent: "la sécurité d'approvisionnement" du pays, et si "c'est payable". Dans le futur, il n'exclut d'ailleurs pas des réacteurs de nouvelle génération, prônant la confiance "en la technologie" pour une stratégie énergétique durable dans les prochaines décennies. (Belga)

"Ce qui est important pour moi, ce sont les résultats. Et je constate que les résultats fonctionnent et que les ministres autour de la table sont tout à fait d'accord avec la méthode utilisée", a répondu Alexander De Croo lundi, en radio. Selon lui, la gestion de la crise sanitaire et l'accord social avec l'augmentation du salaire minimum sont autant d'exemples que, justement, cela fonctionne dans le ce gouvernement à 7 partis. La prochaine échéance importante, c'est le nucléaire. On attend sous peu le rapport préparé par les services de la ministre de l'Energie Tinne Van der Straeten, dans le but de trancher la question d'un éventuel maintien au-delà de 2025 de deux réacteurs. Le MR insiste ces derniers jours pour qu'il y ait prolongation. Cette question doit être purement rationnelle et technique, rappelle quant à lui le Premier ministre, qui appelle à ne pas l'"idéologiser". Deux éléments comptent: "la sécurité d'approvisionnement" du pays, et si "c'est payable". Dans le futur, il n'exclut d'ailleurs pas des réacteurs de nouvelle génération, prônant la confiance "en la technologie" pour une stratégie énergétique durable dans les prochaines décennies. (Belga)