On relève 13.000 pièces de plastique par kilomètre carré dans les mers et les océans du globe. La mer du Nord est mieux lotie que d'autres, avec en moyenne 3.875 objets flottants par kilomètre carré, dont 95,7% sont en plastique. Philippe De Backer voit un problème croissant: la soupe de plastique. "Les déchets marins et le plastique endommagent la faune et la flore de la mer du Nord et perturbe l'écosystème marin à long terme. Et vu que les poissons et les crustacés en ingèrent, ils finissent aussi dans la chaîne alimentaire", constate le secrétaire d'Etat. Philippe De Backer veut élaborer des "blue deals" pour réduire les plastiques et les microplastiques. Ces derniers sont des particules de plastique créées par la désintégration de morceaux de plastique plus grands. Il veut passer un accord sectoriel avec les entreprises de cosmétiques, qui utilisent beaucoup de microplastiques, pour supprimer leur utilisation. "Cet accord doit également être suivi en Europe. A côté de cela, l'écolabel européen doit aussi être soutenu en Belgique. Il faut que l'emballage indique clairement si le produit peut être jeté dans les toilettes ou pas", explique le secrétaire d'Etat. Enfin, Philippe De Backer veut augmenter la sensibilisation des citoyens à la problématique des déchets, en organisant notamment plus d'actions de nettoyage à la Côte. "La plage n'est pas une poubelle, la mer du Nord non plus." (Belga)

On relève 13.000 pièces de plastique par kilomètre carré dans les mers et les océans du globe. La mer du Nord est mieux lotie que d'autres, avec en moyenne 3.875 objets flottants par kilomètre carré, dont 95,7% sont en plastique. Philippe De Backer voit un problème croissant: la soupe de plastique. "Les déchets marins et le plastique endommagent la faune et la flore de la mer du Nord et perturbe l'écosystème marin à long terme. Et vu que les poissons et les crustacés en ingèrent, ils finissent aussi dans la chaîne alimentaire", constate le secrétaire d'Etat. Philippe De Backer veut élaborer des "blue deals" pour réduire les plastiques et les microplastiques. Ces derniers sont des particules de plastique créées par la désintégration de morceaux de plastique plus grands. Il veut passer un accord sectoriel avec les entreprises de cosmétiques, qui utilisent beaucoup de microplastiques, pour supprimer leur utilisation. "Cet accord doit également être suivi en Europe. A côté de cela, l'écolabel européen doit aussi être soutenu en Belgique. Il faut que l'emballage indique clairement si le produit peut être jeté dans les toilettes ou pas", explique le secrétaire d'Etat. Enfin, Philippe De Backer veut augmenter la sensibilisation des citoyens à la problématique des déchets, en organisant notamment plus d'actions de nettoyage à la Côte. "La plage n'est pas une poubelle, la mer du Nord non plus." (Belga)