Il l'a emporté devant son principal challenger, le bourgmestre d'Uccle, Boris Dilliès, 47 ans, crédité de 33,6% des voix. Les trois autres candidats, Jean-Paul Caufriez, militant de longue date du parti, qui a notamment mené campagne par le passé aux élections fédérales en 1988; Mohamed Hédi Bezaiguia, 36 ans, et Michel Hermans, retraité de la fonction publique, ont récolté, ensemble, moins d'un pour cent des voix.

L'attention s'était principalement focalisée sur les candidatures de David Leisterh et de Boris Dilliès, durant une campagne qui n'a pas donné lieu à des échanges à fleurets mouchetés, le navire libéral traversant une mer instable après des résultats en dessous de ses ambitions et qui le privent d'accès à la majorité en Région-capitale depuis plus de quinze ans. Les deux principaux candidats défendaient une vision pour Bruxelles et misaient davantage sur la nécessité de relancer la régionale MR comme courroie de transmission indispensable d'une dynamique de reconquête du terrain et de relais vers les autres formations.

Tous deux implantés dans le sud de Bruxelles, MM. Leisterh et Dilliès étaient compétition mais pas en guerre. L'écart s'est joué notamment au niveau des appuis: ex-collaborateur de Didier Reynders, David Leisterh bénéficiait du soutien de plusieurs cadors de la famille libérale, à commencer par son ex-patron, Didier Reynders, mais aussi le secrétaire politique sortant de la régionale, Vincent De Wolf, les ex-bourgmestres de Molenbeek Françoise Schepmans, et d'Anderlecht, Gaëtan Van Goidsenhoven, l'actuelle cheffe du groupe MR au parlement bruxellois Alexia Bertrand, et le député David Weytsman. Les rôles entre ce proche de l'actuel président du MR Georges-Louis Bouchez et certains de ses mentors semblent avoir déjà été répartis: le président du MR a ainsi récemment ouvertement annoncé son soutien à la candidature d'Alexia Bertrand pour la (ministre-)présidence du gouvernement bruxellois en 2024.

L'actuel bourgmestre d'Uccle, Boris Dilliès avait, sur le papier, un soutien moins marqué d'un certain nombre de proches de l'appareil. Mais il s'appuyait sur celui de libéraux du sud de la capitale, en commençant par son fief ucclois qu'il a sauvé de justesse d'un naufrage libéral après le départ forcé d'Armand De Decker et l'émergence d'une dissidence bleue; mais aussi du nord de Bruxelles (e.a le député fédéral Philippe Pivin et le conseiller Lucas Ducarme)

Le MR de Bruxelles sort renforcé de la campagne interne

A travers la campagne interne sur les idées et des projets dans le contexte de l'élection à la présidence de la régionale bruxelloise, le MR "a déjà renforcé sa place sur l'échiquier bruxellois en démontrant qu'il avait des militants engagés et une vision ambitieuse pour Bruxelles", a commenté jeudi soir le nouveau président de la régionale, David Leisterh. Celui-ci a été élu jeudi soir, dès le premier tour, en obtenant deux tiers des votes valables des militants, devant son principal challenger, Boris Dilliès, crédité d'un tiers des voix.

Dans une première réaction à chaud à propos de sa victoire, David Leisterh a remercié Boris Dilliès avec lequel les échanges sur l'avenir du MR bruxellois "ont contribué à faire évoluer nos idées, affiner les projets, et redoubler d'efforts".

Le nouveau président de la régionale s'est également dit "très heureux d'avoir été le compagnon de campagne de Boris Dilliès": "Celui-ci joue un rôle clé pour le MR à Bruxelles et nous avons besoin de lui pour le redéploiement des libéraux bruxellois", a-t-il ajouté.

M. Leisterh a par ailleurs remercié l'équipe qui l'a soutenu durant les semaines de la campagne interne et ceux qui l'ont encouragé. "La politique est parfois dure mais elle crée aussi des amitiés fortes", a-t-il commenté à ce sujet, sans oublier citer ceux qui l'ont poussé à se présenter: Alexia Bertrand, David Weytsman, Vincent De Wolf, Françoise Schepmans, Damien Thiéry, Didier Reynders, ...

"Cette campagne a donné un élan à notre mouvement, nous allons poursuivre sur cette lancée. Elle a renforcé la conviction qu'il y a beaucoup de citoyens sensibles à nos messages, à nos projets. A nous d'aller les chercher. Aujourd'hui marque le point de départ de notre redéploiement pour Bruxelles", a-t-il conclu.

Bouchez se réjouit de travailler avec Leisterh

Le président du MR Georges-Louis Bouchez a félicité jeudi soir le nouveau président de la régionale bruxelloise du MR David Leisterh, élu dès le premier tour. Il a dit se réjouir de pouvoir travailler avec celui-ci "au redéploiement du MR dans la capitale où le chantier à mener est colossal".

"Je sais qu'il a les qualités, le talent et l'enthousiasme pour travailler. Je lui dis à demain matin pour commencer le travail sans attendre. Le MR est en marche, le MR de Bruxelles est prêt à reconquérir les 19 communes et donc tous ensemble, prévoyons un avenir de progrès et de liberté", a commenté M. Bouchez dans une courte séquence vidéofilmée.

Le député régional et président du CPAS de Watermael-Boitsfort David Leisterh a été élu jeudi soir à la présidence de la régionale bruxelloise du MR, l'emportant avec 65,9% des voix émises par des militants lors d'un vote à bulletin secret organisé au siège du parti, a-t-on appris de source officielle au MR.

Il l'a emporté devant son principal challenger, le bourgmestre d'Uccle, Boris Dilliès, crédité de 33,6% des voix.

Selon Georges-Louis Bouchez, plus de 45% des militants bruxellois du parti libéral se sont déplacés pour prendre part au vote.

Il l'a emporté devant son principal challenger, le bourgmestre d'Uccle, Boris Dilliès, 47 ans, crédité de 33,6% des voix. Les trois autres candidats, Jean-Paul Caufriez, militant de longue date du parti, qui a notamment mené campagne par le passé aux élections fédérales en 1988; Mohamed Hédi Bezaiguia, 36 ans, et Michel Hermans, retraité de la fonction publique, ont récolté, ensemble, moins d'un pour cent des voix. L'attention s'était principalement focalisée sur les candidatures de David Leisterh et de Boris Dilliès, durant une campagne qui n'a pas donné lieu à des échanges à fleurets mouchetés, le navire libéral traversant une mer instable après des résultats en dessous de ses ambitions et qui le privent d'accès à la majorité en Région-capitale depuis plus de quinze ans. Les deux principaux candidats défendaient une vision pour Bruxelles et misaient davantage sur la nécessité de relancer la régionale MR comme courroie de transmission indispensable d'une dynamique de reconquête du terrain et de relais vers les autres formations. Tous deux implantés dans le sud de Bruxelles, MM. Leisterh et Dilliès étaient compétition mais pas en guerre. L'écart s'est joué notamment au niveau des appuis: ex-collaborateur de Didier Reynders, David Leisterh bénéficiait du soutien de plusieurs cadors de la famille libérale, à commencer par son ex-patron, Didier Reynders, mais aussi le secrétaire politique sortant de la régionale, Vincent De Wolf, les ex-bourgmestres de Molenbeek Françoise Schepmans, et d'Anderlecht, Gaëtan Van Goidsenhoven, l'actuelle cheffe du groupe MR au parlement bruxellois Alexia Bertrand, et le député David Weytsman. Les rôles entre ce proche de l'actuel président du MR Georges-Louis Bouchez et certains de ses mentors semblent avoir déjà été répartis: le président du MR a ainsi récemment ouvertement annoncé son soutien à la candidature d'Alexia Bertrand pour la (ministre-)présidence du gouvernement bruxellois en 2024. L'actuel bourgmestre d'Uccle, Boris Dilliès avait, sur le papier, un soutien moins marqué d'un certain nombre de proches de l'appareil. Mais il s'appuyait sur celui de libéraux du sud de la capitale, en commençant par son fief ucclois qu'il a sauvé de justesse d'un naufrage libéral après le départ forcé d'Armand De Decker et l'émergence d'une dissidence bleue; mais aussi du nord de Bruxelles (e.a le député fédéral Philippe Pivin et le conseiller Lucas Ducarme)Le MR de Bruxelles sort renforcé de la campagne interneA travers la campagne interne sur les idées et des projets dans le contexte de l'élection à la présidence de la régionale bruxelloise, le MR "a déjà renforcé sa place sur l'échiquier bruxellois en démontrant qu'il avait des militants engagés et une vision ambitieuse pour Bruxelles", a commenté jeudi soir le nouveau président de la régionale, David Leisterh. Celui-ci a été élu jeudi soir, dès le premier tour, en obtenant deux tiers des votes valables des militants, devant son principal challenger, Boris Dilliès, crédité d'un tiers des voix.Dans une première réaction à chaud à propos de sa victoire, David Leisterh a remercié Boris Dilliès avec lequel les échanges sur l'avenir du MR bruxellois "ont contribué à faire évoluer nos idées, affiner les projets, et redoubler d'efforts". Le nouveau président de la régionale s'est également dit "très heureux d'avoir été le compagnon de campagne de Boris Dilliès": "Celui-ci joue un rôle clé pour le MR à Bruxelles et nous avons besoin de lui pour le redéploiement des libéraux bruxellois", a-t-il ajouté. M. Leisterh a par ailleurs remercié l'équipe qui l'a soutenu durant les semaines de la campagne interne et ceux qui l'ont encouragé. "La politique est parfois dure mais elle crée aussi des amitiés fortes", a-t-il commenté à ce sujet, sans oublier citer ceux qui l'ont poussé à se présenter: Alexia Bertrand, David Weytsman, Vincent De Wolf, Françoise Schepmans, Damien Thiéry, Didier Reynders, ... "Cette campagne a donné un élan à notre mouvement, nous allons poursuivre sur cette lancée. Elle a renforcé la conviction qu'il y a beaucoup de citoyens sensibles à nos messages, à nos projets. A nous d'aller les chercher. Aujourd'hui marque le point de départ de notre redéploiement pour Bruxelles", a-t-il conclu.Le président du MR Georges-Louis Bouchez a félicité jeudi soir le nouveau président de la régionale bruxelloise du MR David Leisterh, élu dès le premier tour. Il a dit se réjouir de pouvoir travailler avec celui-ci "au redéploiement du MR dans la capitale où le chantier à mener est colossal"."Je sais qu'il a les qualités, le talent et l'enthousiasme pour travailler. Je lui dis à demain matin pour commencer le travail sans attendre. Le MR est en marche, le MR de Bruxelles est prêt à reconquérir les 19 communes et donc tous ensemble, prévoyons un avenir de progrès et de liberté", a commenté M. Bouchez dans une courte séquence vidéofilmée. Le député régional et président du CPAS de Watermael-Boitsfort David Leisterh a été élu jeudi soir à la présidence de la régionale bruxelloise du MR, l'emportant avec 65,9% des voix émises par des militants lors d'un vote à bulletin secret organisé au siège du parti, a-t-on appris de source officielle au MR. Il l'a emporté devant son principal challenger, le bourgmestre d'Uccle, Boris Dilliès, crédité de 33,6% des voix. Selon Georges-Louis Bouchez, plus de 45% des militants bruxellois du parti libéral se sont déplacés pour prendre part au vote.