La société KMDA (Koninklijke Maatschappij voor Dierkunde Antwerpen), qui gère les deux parcs animaliers, fait un bilan de l'année 2021 modérément positif. Pour la deuxième année consécutive, la crise du coronavirus a eu un impact important sur le fonctionnement des parcs et a nécessité de la flexibilité dans leur gestion. Mais malgré une nouvelle fermeture obligatoire, cette fois pendant deux mois, le nombre d'abonnés a augmenté de 19%. "La population a massivement redécouvert le tourisme dans son propre pays et a considéré l'abonnement abordable comme une valeur ajoutée pour avoir accès à nos deux parcs pendant une année entière", explique le directeur Dries Herpoelaert. Poussés notamment par la crise sanitaire, les deux parcs souhaitent se concentrer davantage sur la numérisation de leurs services. Ils ont déjà lancé "Mon ZOO", également disponible en langue française, une plateforme interactive qui permet aux abonnés de suivre l'actualité de leurs animaux préférés, du jardin ou du patrimoine des parcs. L'année 2022 a commencé positivement pour les deux parcs animaliers. Les populaires festivals de lumière ont été autorisés à se poursuivre, avec la présentation d'un Covid Safe Ticket et le port du masque buccal. Des projets interrompus ont également été relancés, notamment la finition de complexes pour les rhinocéros ainsi que pour les léopards des neiges. (Belga)

La société KMDA (Koninklijke Maatschappij voor Dierkunde Antwerpen), qui gère les deux parcs animaliers, fait un bilan de l'année 2021 modérément positif. Pour la deuxième année consécutive, la crise du coronavirus a eu un impact important sur le fonctionnement des parcs et a nécessité de la flexibilité dans leur gestion. Mais malgré une nouvelle fermeture obligatoire, cette fois pendant deux mois, le nombre d'abonnés a augmenté de 19%. "La population a massivement redécouvert le tourisme dans son propre pays et a considéré l'abonnement abordable comme une valeur ajoutée pour avoir accès à nos deux parcs pendant une année entière", explique le directeur Dries Herpoelaert. Poussés notamment par la crise sanitaire, les deux parcs souhaitent se concentrer davantage sur la numérisation de leurs services. Ils ont déjà lancé "Mon ZOO", également disponible en langue française, une plateforme interactive qui permet aux abonnés de suivre l'actualité de leurs animaux préférés, du jardin ou du patrimoine des parcs. L'année 2022 a commencé positivement pour les deux parcs animaliers. Les populaires festivals de lumière ont été autorisés à se poursuivre, avec la présentation d'un Covid Safe Ticket et le port du masque buccal. Des projets interrompus ont également été relancés, notamment la finition de complexes pour les rhinocéros ainsi que pour les léopards des neiges. (Belga)