Le futur village pénitentiaire remplacera les prisons de Saint-Gilles, Forest et de Berkendael. Il comprendra une maison d'arrêt pour hommes, une maison de peine pour hommes, un centre fermé pour femmes, un centre ouvert pour femmes, un centre d'observation, un centre médical et psychiatrique et des ateliers de travail. Au centre se trouvera un "l'hôtel de ville" qui rassemblera des fonctions communes telles que le complexe d'accueil et de visite, la salle de sport, le front office et le tribunal de l'application des peines. En outre, un bâtiment d'entrée abritant les salles du conseil et un bâtiment administratif situé à l'extérieur du mur périmétrique seront également intégrés. Le complexe aura une capacité d'accueil de 1.190 détenus. Ceux-ci occuperont des unités de vie plus petites, accueillant chacune une trentaine de 30 personnes de manière à améliorer la qualité de vie, tant des détenus que des membres du personnel. Il est construit selon une procédure DBFM (Design Build Finance and Maintain). Cette procédure avait déjà été appliquée pour la réalisation des prisons de Marche-en-Famenne (2013), Leuze-en-Hainaut (2014) et Beveren (2014). Le principe en est le suivant: un partenaire privé est chargé de la conception, de la construction, du financement et de la maintenance du complexe pour une durée de 25 ans. Le consortium Cafasso a été désigné pour exécuter le marché DBFM. Il est composé de: Denys NV, FCC Construcción S.A. et Macquarie Group. (Belga)

Le futur village pénitentiaire remplacera les prisons de Saint-Gilles, Forest et de Berkendael. Il comprendra une maison d'arrêt pour hommes, une maison de peine pour hommes, un centre fermé pour femmes, un centre ouvert pour femmes, un centre d'observation, un centre médical et psychiatrique et des ateliers de travail. Au centre se trouvera un "l'hôtel de ville" qui rassemblera des fonctions communes telles que le complexe d'accueil et de visite, la salle de sport, le front office et le tribunal de l'application des peines. En outre, un bâtiment d'entrée abritant les salles du conseil et un bâtiment administratif situé à l'extérieur du mur périmétrique seront également intégrés. Le complexe aura une capacité d'accueil de 1.190 détenus. Ceux-ci occuperont des unités de vie plus petites, accueillant chacune une trentaine de 30 personnes de manière à améliorer la qualité de vie, tant des détenus que des membres du personnel. Il est construit selon une procédure DBFM (Design Build Finance and Maintain). Cette procédure avait déjà été appliquée pour la réalisation des prisons de Marche-en-Famenne (2013), Leuze-en-Hainaut (2014) et Beveren (2014). Le principe en est le suivant: un partenaire privé est chargé de la conception, de la construction, du financement et de la maintenance du complexe pour une durée de 25 ans. Le consortium Cafasso a été désigné pour exécuter le marché DBFM. Il est composé de: Denys NV, FCC Construcción S.A. et Macquarie Group. (Belga)