Chaque pourcent de croissance en moins représentera 85 millions d'euros en moins pour la Fédération Wallonie-Bruxelles, estime mardi, dans La Libre Belgique, Frédéric Daerden (PS), ministre du Budget.

"La crise que nous traversons réclame des mesures fortes", reconnaît Frédéric Daerden, ministre PS du Budget en Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB). "Mais, si la priorité sanitaire est évidemment fondamentale, nous devons dès à présent envisager les retombées budgétaires que celles-ci entraîneront." "Il est important dès maintenant, dans le cadre de l'ajustement 2020 que nous préparons, d'avoir une idée de ce que représenterait, pour la FWB, une perte de croissance." Et le chiffre est "significatif": "chaque pourcent de croissance en moins représentera 85 millions d'euros en moins pour la Fédération", annonce le ministre. À ce stade, le budget initial 2020 prévoyait 1,1 % de croissance. "Vu les paramètres reçus en février, nous prévoyions de la porter à 1,4 % dans l'ajustement. On sait dès à présent que telle ne sera pas la réalité." Dès lors, pour tenir compte de la situation au moment d'ajuster le budget 2020, le gouvernement inscrira une provision d'au moins 100 millions d'euros.

"Par prudence, explique encore le ministre. Pour éviter d'afficher des prévisions trop optimistes. Cette provision est une dépense théorique, une provision technique. Mais c'est important pour être complètement transparent et ne pas risquer de surévaluer les recettes."

Enfin, l'idée est sur la table de créer un Fonds d'urgence pour soutenir les secteurs qui subissent des pertes importantes liées à l'épidémie, et dont la continuité pourrait même être menacée. "On n'a pas chiffré les dégâts, ni la somme que devrait atteindre ce fonds, mais le principe est acté. Et une grande consultation sera menée dans tous les secteurs, de façon systématique et transversale." La méthodologie sera définie, ce mardi, en intercabinets.

Chaque pourcent de croissance en moins représentera 85 millions d'euros en moins pour la Fédération Wallonie-Bruxelles, estime mardi, dans La Libre Belgique, Frédéric Daerden (PS), ministre du Budget."La crise que nous traversons réclame des mesures fortes", reconnaît Frédéric Daerden, ministre PS du Budget en Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB). "Mais, si la priorité sanitaire est évidemment fondamentale, nous devons dès à présent envisager les retombées budgétaires que celles-ci entraîneront." "Il est important dès maintenant, dans le cadre de l'ajustement 2020 que nous préparons, d'avoir une idée de ce que représenterait, pour la FWB, une perte de croissance." Et le chiffre est "significatif": "chaque pourcent de croissance en moins représentera 85 millions d'euros en moins pour la Fédération", annonce le ministre. À ce stade, le budget initial 2020 prévoyait 1,1 % de croissance. "Vu les paramètres reçus en février, nous prévoyions de la porter à 1,4 % dans l'ajustement. On sait dès à présent que telle ne sera pas la réalité." Dès lors, pour tenir compte de la situation au moment d'ajuster le budget 2020, le gouvernement inscrira une provision d'au moins 100 millions d'euros. "Par prudence, explique encore le ministre. Pour éviter d'afficher des prévisions trop optimistes. Cette provision est une dépense théorique, une provision technique. Mais c'est important pour être complètement transparent et ne pas risquer de surévaluer les recettes." Enfin, l'idée est sur la table de créer un Fonds d'urgence pour soutenir les secteurs qui subissent des pertes importantes liées à l'épidémie, et dont la continuité pourrait même être menacée. "On n'a pas chiffré les dégâts, ni la somme que devrait atteindre ce fonds, mais le principe est acté. Et une grande consultation sera menée dans tous les secteurs, de façon systématique et transversale." La méthodologie sera définie, ce mardi, en intercabinets.