Le cyclone Idai a traversé le Mozambique et le Zimbabwe jeudi et vendredi dernier (14 et 15 mars), mais les précipitations qui l'ont précédé et accompagné ont également touché le Malawi voisin, dont le nord du territoire est actuellement encore soumis à des vents et pluies importants. Le bilan, entre autres en termes de vies humaines, reste encore incertain, car de larges zones de territoire sont isolées par les inondations, les flots ayant emporté routes et ponts. Le problème de l'accès aux zones sinistrées reste donc bien présent, particulièrement au Mozambique où l'Unicef estime à au moins 10 millions de dollars US le budget nécessaire à sa réponse humanitaire sur place, un montant encore susceptible d'être revu à la hausse. L'Unicef estime qu'elle devra, pour le Malawi et le Zimbabwe, compter respectivement sur 8 millions et 2 millions de dollars US. "Dans les prochains jours, l'UNICEF va concentrer son attention sur les abris, la nourriture, l'eau potable, les soins de santé et la prévention des maladies infectieuses", précise l'organisation, qui doit utiliser des hélicoptères pour atteindre les zones isolées par les eaux. Pour les Belges désirant faire un don pour soutenir spécifiquement la réponse humanitaire au Mozambique, au Zimbabwe et au Malawi, la mention "Cyclone Idai" peut être ajoutée aux virements à l'Unicef. Selon la directrice régionale d'Oxfam pour l'Afrique australe, Nellie Nyangwa, on s'attend à ce que plus d'un million de personnes aient été impactées dans les trois pays. Oxfam planifie d'ores et déjà trois mois d'action au Malawi et au Mozambique, avec la distribution de tablettes pour purifier l'eau, des seaux, des kits d'hygiène et de la nourriture. Au Mozambique, l'organisation participe aussi aux actions d'un consortium qui organise entre autres de l'hébergement d'urgence. Des équipes tentent encore d'évaluer la situation et les besoins au Zimbabwe. (Belga)

Le cyclone Idai a traversé le Mozambique et le Zimbabwe jeudi et vendredi dernier (14 et 15 mars), mais les précipitations qui l'ont précédé et accompagné ont également touché le Malawi voisin, dont le nord du territoire est actuellement encore soumis à des vents et pluies importants. Le bilan, entre autres en termes de vies humaines, reste encore incertain, car de larges zones de territoire sont isolées par les inondations, les flots ayant emporté routes et ponts. Le problème de l'accès aux zones sinistrées reste donc bien présent, particulièrement au Mozambique où l'Unicef estime à au moins 10 millions de dollars US le budget nécessaire à sa réponse humanitaire sur place, un montant encore susceptible d'être revu à la hausse. L'Unicef estime qu'elle devra, pour le Malawi et le Zimbabwe, compter respectivement sur 8 millions et 2 millions de dollars US. "Dans les prochains jours, l'UNICEF va concentrer son attention sur les abris, la nourriture, l'eau potable, les soins de santé et la prévention des maladies infectieuses", précise l'organisation, qui doit utiliser des hélicoptères pour atteindre les zones isolées par les eaux. Pour les Belges désirant faire un don pour soutenir spécifiquement la réponse humanitaire au Mozambique, au Zimbabwe et au Malawi, la mention "Cyclone Idai" peut être ajoutée aux virements à l'Unicef. Selon la directrice régionale d'Oxfam pour l'Afrique australe, Nellie Nyangwa, on s'attend à ce que plus d'un million de personnes aient été impactées dans les trois pays. Oxfam planifie d'ores et déjà trois mois d'action au Malawi et au Mozambique, avec la distribution de tablettes pour purifier l'eau, des seaux, des kits d'hygiène et de la nourriture. Au Mozambique, l'organisation participe aussi aux actions d'un consortium qui organise entre autres de l'hébergement d'urgence. Des équipes tentent encore d'évaluer la situation et les besoins au Zimbabwe. (Belga)