Le gouvernement a été approuvé par les 66 députés (sur les 151 que compte l'assemblée croate) de l'Union démocratique croate (HDZ, droite conservatrice) de M. Plenkovic qui a largement remporté les législatives du 5 juillet. Ils ont été rejoints par les huit députés des minorités ethniques et par deux députés de petits partis. "La Croatie fait face à un moment particulièrement délicat de son histoire", a déclaré M. Plenkovic aux députés. Le PIB devrait reculer en 2020 de près de 10% soit la pire contraction depuis 1991, l'année du déclenchement de sa guerre d'indépendance de l'ex-Yougoslavie. La pandémie du coronavirus a frappé de plein fouet le tourisme, un pilier de l'économie, mais une croissance d'environ 6% est prévue l'an prochain. Zagreb compte sur un soutien de 22 milliards d'euros accordé par l'Union européenne et qui sera en priorité utilisé, a précisé Andrej Plenkovic, comme "un puissant levier pour la relance économique". La Croatie connaît une pleine résurgence de la pandémie, jusqu'à 140 nouveaux cas étant enregistrés par jour après une accalmie à la mi-mai. Au total, le pays déplore officiellement 125 décès et près de 5.000 cas. Sur le plan de la politique intérieure, Andrej Plenkovic a nommé un représentant de la minorité serbe au poste de vice-Premier ministre. "Nous voulons créer une société tolérante et inclusive", a expliqué M. Plenkovic, aux commandes du gouvernement depuis 2016. (Belga)

Le gouvernement a été approuvé par les 66 députés (sur les 151 que compte l'assemblée croate) de l'Union démocratique croate (HDZ, droite conservatrice) de M. Plenkovic qui a largement remporté les législatives du 5 juillet. Ils ont été rejoints par les huit députés des minorités ethniques et par deux députés de petits partis. "La Croatie fait face à un moment particulièrement délicat de son histoire", a déclaré M. Plenkovic aux députés. Le PIB devrait reculer en 2020 de près de 10% soit la pire contraction depuis 1991, l'année du déclenchement de sa guerre d'indépendance de l'ex-Yougoslavie. La pandémie du coronavirus a frappé de plein fouet le tourisme, un pilier de l'économie, mais une croissance d'environ 6% est prévue l'an prochain. Zagreb compte sur un soutien de 22 milliards d'euros accordé par l'Union européenne et qui sera en priorité utilisé, a précisé Andrej Plenkovic, comme "un puissant levier pour la relance économique". La Croatie connaît une pleine résurgence de la pandémie, jusqu'à 140 nouveaux cas étant enregistrés par jour après une accalmie à la mi-mai. Au total, le pays déplore officiellement 125 décès et près de 5.000 cas. Sur le plan de la politique intérieure, Andrej Plenkovic a nommé un représentant de la minorité serbe au poste de vice-Premier ministre. "Nous voulons créer une société tolérante et inclusive", a expliqué M. Plenkovic, aux commandes du gouvernement depuis 2016. (Belga)