"Il y a une réunion du comité central demain (dimanche) pour endosser les résolutions prises hier (vendredi) par les provinces", a déclaré un député de la Zanu-PF, qui a requis l'anonymat. Il faisait référence à l'appel lancé par l'écrasante majorité des sections régionales de la Zanu-PF de voir Robert Mugabe démissionner de son poste de chef de l'Etat. "Oui, nous nous réunissons (dimanche) pour endosser les décisions des neuf (des dix) provinces" du pays, a confirmé un haut responsable du parti. "Nous le rappelons en tant que président et premier secrétaire du parti", a-t-il ajouté sous couvert d'anonymat. De son côté, Robert Mugabe s'entretiendra dimanche avec l'armée qui a pris cette semaine le contrôle du pays, a annoncé la télévision d'Etat, quelques heures après d'importantes manifestations réclamant la démission du chef de l'Etat. "Le président Mugabe rencontrera le commandant en chef des forces de défense du Zimbabwe" dimanche, a déclaré la présentatrice du journal télévisé de la ZBC, en citant le prêtre catholique Fidelis Mukonori, médiateur dans les négociations. Depuis son arrivée au pouvoir en 1980, Robert Mugabe, aujourd'hui âgé de 93 ans, ne s'est jamais retrouvé dans une position politique aussi délicate. L'armée, son alliée traditionnelle, a pris le contrôle du pays dans la nuit de mardi à mercredi et l'a assigné à résidence. Les anciens combattants, acteurs incontournables de la scène politique zimbabwéenne, l'ont lâché. Et samedi des dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans le pays, avec le blanc-seing des militaires, pour réclamer son départ. (Belga)

"Il y a une réunion du comité central demain (dimanche) pour endosser les résolutions prises hier (vendredi) par les provinces", a déclaré un député de la Zanu-PF, qui a requis l'anonymat. Il faisait référence à l'appel lancé par l'écrasante majorité des sections régionales de la Zanu-PF de voir Robert Mugabe démissionner de son poste de chef de l'Etat. "Oui, nous nous réunissons (dimanche) pour endosser les décisions des neuf (des dix) provinces" du pays, a confirmé un haut responsable du parti. "Nous le rappelons en tant que président et premier secrétaire du parti", a-t-il ajouté sous couvert d'anonymat. De son côté, Robert Mugabe s'entretiendra dimanche avec l'armée qui a pris cette semaine le contrôle du pays, a annoncé la télévision d'Etat, quelques heures après d'importantes manifestations réclamant la démission du chef de l'Etat. "Le président Mugabe rencontrera le commandant en chef des forces de défense du Zimbabwe" dimanche, a déclaré la présentatrice du journal télévisé de la ZBC, en citant le prêtre catholique Fidelis Mukonori, médiateur dans les négociations. Depuis son arrivée au pouvoir en 1980, Robert Mugabe, aujourd'hui âgé de 93 ans, ne s'est jamais retrouvé dans une position politique aussi délicate. L'armée, son alliée traditionnelle, a pris le contrôle du pays dans la nuit de mardi à mercredi et l'a assigné à résidence. Les anciens combattants, acteurs incontournables de la scène politique zimbabwéenne, l'ont lâché. Et samedi des dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans le pays, avec le blanc-seing des militaires, pour réclamer son départ. (Belga)