Le cdH signé cette motion à titre conservatoire, a précisé Mme Ozer, pressentie pour intégrer le collège dans le cadre de cette future tripartite.

L'initiative a été prise par une partie des élus PS alors que l'Union socialiste communale (USC) et la Fédération avaient été mise sous tutelle par le PS national plus tôt dans la journée.

La bourgmestre a expliqué devant la presse que cette initiative avait été prise car la ville de Verviers était devenue ingouvernable. Elle considère également qu'une mise sous tutelle n'a jamais permis aux différents clans de se rapprocher et qu'il était nécessaire, malgré la situation, de continuer à diriger la ville.

Cette motion de méfiance collective, avec l'intégration du cdH dans le futur pacte de majorité, était donc la suite logique du schisme survenu au sein du parti socialiste ces derniers mois suite à la conduite individualiste du président du CPAS, Hasan Aydin, qui ne respectait ni les injonctions du CRAC, ni une certaine loyauté en collège, a affirmé Mme Targnion.

Le cdH a pris ses responsabilités en acceptant de discuter avec les trois partenaires de majorité afin de stabiliser cette dernière jusqu'au terme de la mandature.

"Nous serons très attentifs aux discussions qui vont suivre et qui permettront au cdH d'imprimer sa marque au sein de la déclaration de politique communale (DPC) mais également du plan stratégique transversal et des finances", a annoncé Mme Ozer qui a confirmé que trois des cinq élus cdH avaient signé cette motion. "Claude Orban et Marc Elsen (les deux autres, ndlr) la signeront en fonction de ces discussions", a-t-elle ajouté.

Le cdH a très clairement marqué sa ligne de conduite à savoir le maintien des projets au CPAS, le soutien à l'associatif, une attention toute particulière à la participation citoyenne mais aussi à la cohésion sociale et à l'interculturalité, en concertation avec le CRVI. Le cdH souhaite aussi un soutien au commerce local et le développement du centre-ville tout en travaillant dans une dynamique entre majorité et minorité.

PS et cdH s'accorderont sur les compétences qui seront attribuées aux Humanistes. Il est par contre déjà acquis, en attendant l'aval du comité de l'USC, sous tutelle actuellement, que la présidence du CPAS reviendra à Jean-François Istasse qui s'est engagé, en tant que sage de ce collège, à mener une politique concertée entre ville et CPAS.

Les partenaires MR et Nouveau Verviers ont validé cette formule à quatre. "Avec six élus autour d'elle, elle reste la première formation politique de Verviers. Sa famille est la seule en capacité de présenter un pacte de majorité", a souligné le chef de file du MR, Maxime Degey.

Les partenaires de majorité vont s'atteler à revoir dans les prochaines semaines la feuille de route pour Verviers afin de trouver l'équilibre qui permettrait au cdH d'intégrer la future majorité. Cette motion devra être votée au plus tard le 14 septembre, date du prochain conseil communal.

Le cdH signé cette motion à titre conservatoire, a précisé Mme Ozer, pressentie pour intégrer le collège dans le cadre de cette future tripartite. L'initiative a été prise par une partie des élus PS alors que l'Union socialiste communale (USC) et la Fédération avaient été mise sous tutelle par le PS national plus tôt dans la journée. La bourgmestre a expliqué devant la presse que cette initiative avait été prise car la ville de Verviers était devenue ingouvernable. Elle considère également qu'une mise sous tutelle n'a jamais permis aux différents clans de se rapprocher et qu'il était nécessaire, malgré la situation, de continuer à diriger la ville. Cette motion de méfiance collective, avec l'intégration du cdH dans le futur pacte de majorité, était donc la suite logique du schisme survenu au sein du parti socialiste ces derniers mois suite à la conduite individualiste du président du CPAS, Hasan Aydin, qui ne respectait ni les injonctions du CRAC, ni une certaine loyauté en collège, a affirmé Mme Targnion. Le cdH a pris ses responsabilités en acceptant de discuter avec les trois partenaires de majorité afin de stabiliser cette dernière jusqu'au terme de la mandature. "Nous serons très attentifs aux discussions qui vont suivre et qui permettront au cdH d'imprimer sa marque au sein de la déclaration de politique communale (DPC) mais également du plan stratégique transversal et des finances", a annoncé Mme Ozer qui a confirmé que trois des cinq élus cdH avaient signé cette motion. "Claude Orban et Marc Elsen (les deux autres, ndlr) la signeront en fonction de ces discussions", a-t-elle ajouté. Le cdH a très clairement marqué sa ligne de conduite à savoir le maintien des projets au CPAS, le soutien à l'associatif, une attention toute particulière à la participation citoyenne mais aussi à la cohésion sociale et à l'interculturalité, en concertation avec le CRVI. Le cdH souhaite aussi un soutien au commerce local et le développement du centre-ville tout en travaillant dans une dynamique entre majorité et minorité. PS et cdH s'accorderont sur les compétences qui seront attribuées aux Humanistes. Il est par contre déjà acquis, en attendant l'aval du comité de l'USC, sous tutelle actuellement, que la présidence du CPAS reviendra à Jean-François Istasse qui s'est engagé, en tant que sage de ce collège, à mener une politique concertée entre ville et CPAS. Les partenaires MR et Nouveau Verviers ont validé cette formule à quatre. "Avec six élus autour d'elle, elle reste la première formation politique de Verviers. Sa famille est la seule en capacité de présenter un pacte de majorité", a souligné le chef de file du MR, Maxime Degey. Les partenaires de majorité vont s'atteler à revoir dans les prochaines semaines la feuille de route pour Verviers afin de trouver l'équilibre qui permettrait au cdH d'intégrer la future majorité. Cette motion devra être votée au plus tard le 14 septembre, date du prochain conseil communal.