Crise gouvernementale : La N-VA pourrait quitter le gouvernement si Charles Michel se rend à Marrakech

08/12/18 à 20:50 - Mise à jour à 21:55

Source: Belga

Le Premier ministre, Charles Michel, se rendra à la conférence des Nations Unies au Maroc sur le Pacte migratoire, a-t-il annoncé à l'agence Belga à l'issue d'un conseil des ministres extraordinaire. Il a constaté qu'il n'y avait pas de consensus pour remettre en cause la décision de soutien au Pacte prise en septembre. "Il atterrira en étant le Premier ministre de la coalition de Marrakech", a indiqué samedi le président de la N-VA Bart De Wever

Crise gouvernementale : La N-VA pourrait quitter le gouvernement si Charles Michel se rend à Marrakech

© BELGA

Suite à la demande de la N-VA de remettre en cause la décision de septembre qui exprime le soutien au Pacte pour des migrations ordonnées, sûres et régulières, un conseil des ministres a été convoqué samedi soir.

Le Premier ministre a réitéré sa proposition de soutien au Pacte avec une explication de vote concertée avec d'autres pays européens.

Le Premier ministre a constaté qu'il n'y avait pas de consensus pour remettre en cause la décision de soutien au Pacte. Il représentera donc le gouvernement à la Conférence des Nations Unies au Maroc.

La N-VA quitte le conseil des ministres après une demi-heure

Crise gouvernementale : La N-VA pourrait quitter le gouvernement si Charles Michel se rend à Marrakech

© BELGA

Les ministres N-vA ont quitté le conseil des ministres extraordinaire de samedi soir vers 20h30. Ils était arrivés une demi-heure plus tôt au cabinet du Premier ministre pour entendre la proposition que devait formuler Charles Michel à propos du pacte migratoire des Nations Unies.

Les nationalistes flamands tiendront une conférence de presse au siège du parti, rue Royale 47 à Bruxelles, à 21h00.

La N-VA s'estimera boutée hors du gouvernement en cas de départ à Marrakech

Après avoir quitté le conseil des ministres extraordinaire, la N-VA a décidé de tenir une conférence de presse au siège du parti. "Si on n'a plus de poids dans le gouvernement, on n'a plus de poids dans le volet socio-économique non plus. Donc ca ne sert à rien de continuer...", a déclaré Bart de Wever lors de cette conférence.

Si Charles Michel persiste à vouloir partir demain/dimanche à Marrakech pour approuver le pacte migratoire, "il atterrira en étant le Premier ministre de la coalition de Marrakech", a indiqué samedi le président de la N-VA Bart De Wever, répétant qu'il n'y avait pas de consensus sur cette question au sein de l'exécutif.

Il indique par là qu'une telle hypothèse se ferait avec un gouvernement sans la N-VA. Pour autant, il se refuse à dire que les nationalistes démissionnent du gouvernement. En effet, à la question de savoir si le parti se retire du gouvernement, Bart De Wever reste cependant très vague : "Si on persiste dans l'erreur, ca va avoir des conséquences".

Pour le président de la N-VA, Charles Michel a tout tenté jeudi pour sauver la coalition mais les autres partenaires, CD&V et Open Vld lui ont "ri au nez". A cela s'est ajouté un large soutien parlementaire.

Le dossier est venu pour la première fois samedi sur la table du conseil des ministres, a souligné Bart De Wever, et la N-VA a souhaité formellement faire constater son désaccord. Les autres partis ont estimé que l'assentiment au pacte n'était plus nécessaire, ce qui a amené une vaine discussion juridique. En réalité, le débat est "politique", juge M. De Wever, répétant qu'il n'existe pas de consensus au sein du gouvernement sur le pacte migratoire.

Le président de la N-VA conclut en disant que son parti n'est pas contre les migrants mais contre "le chaos migratoire européen".

Nos partenaires