Selon le SPF Intérieur, qui organise les élections, quelque 12 millions d'euros ont déjà été dépensés en vue des élections du 26 mai. Dans le cas d'élections anticipées, qui verraient le scrutin fédéral séparé des élections régionales et européennes, 8 millions d'euros supplémentaires seraient nécessaires.

S'ajouteraient également des coûts en plus pour les communes, qui gèrent le processus électoral sur le terrain.